Journal indépendant, sans publicité, sans actionnaire, en accès libre, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Agriculture

VIDÉO - Dans leur ferme, ces paysans pratiquent l’élevage bas carbone

Jean-Pierre Chassang et Gaëlle Petit développent depuis plus de quinze ans un élevage laitier sans engrais chimiques et avec très peu de travaux mécanisés. Une agriculture paysanne qui préserve la biodiversité et anticipe les risques climatiques.

Lorcières (Cantal), reportage

La Gaec des Ferrandaises est une ferme familiale qui a toujours été à contre-courant du monde agricole. Dans les années 1970, alors que l’agriculture paysanne était encore fréquente dans la région, le père de Jean-Pierre Chassang s’est lancé dans une agriculture productiviste. Puis dans les années 1990, alors que ses voisins du Cantal transitionnaient eux aussi vers l’intensif, l’agriculteur est revenu à un élevage plus éthique et soutenable. Un retour à l’agriculture traditionnelle dont Jean-Pierre Chassang et Gaëlle Petit ont fait leur héritage.

Depuis 2003, leurs vaches rustiques — de races vosgienne, ferrandaise et abondance — se nourrissent essentiellement d’herbe et de foin venus des prairies naturelles de la ferme. Nul besoin de mobiliser des semi-remorques pour importer de la nourriture ni de recourir au soja, dont la culture participe très largement à la déforestation de la forêt amazonienne.



Les 62 hectares de terrain suffisent à fournir une alimentation naturelle. La trentaine de vaches de Jean-Pierre et Gaëlle produisent en outre un fumier idéal pour fertiliser les sols. Un cercle vertueux qui permet d’éviter tout usage d’azote chimique, les bouses étant épandues sur les pâturages pour les fertiliser.

Un bilan carbone presque neutre

Le couple de paysans ne fait pas non plus appel à l’ensilage, cette méthode de conservation des fourrages sous plastique. Cela permet d’éviter son enrubannage, une méthode de stockage qui nécessite de nombreuses couches de films plastiques. Jean-Pierre et Gaëlle ont aussi réduit drastiquement l’usage d’engins agricoles, se limitant à de petits tracteurs pour les tâches les plus pénibles.

La ferme se retrouve ainsi avec un bilan carbone (mesuré en 2015 par la méthode CAP2ER) quasiment neutre. Une neutralité qui tranche avec les émissions de l’agriculture : celle-ci était responsable en 2018 de 19 % des gaz à effet de serre de la France.

La ferme de Jean-Pierre et Gaëlle prouve ainsi qu’il est possible de concilier agriculture et climat. La protection de la biodiversité par la constitution de zones humides et de prairies denses permet aussi de résister aux sécheresses répétées qui frappent l’agriculture. Avec leur modèle écologique, l’exploitation du couple de jeunes paysans devrait pouvoir faire face au réchauffement à venir.

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale dans le traitement de l’actualité.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que s’informer est un droit essentiel, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Ce droit ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire