Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Santé

Vaccins anti-Covid : un mouvement mondial réclame la levée des brevets

Une revendication parcourt le monde demandant la suspension des brevets utilisés dans la lutte contre le Covid-19, notamment des vaccins. Pour l’instant, l’industrie pharmaceutique et les gouvernements occidentaux résistent à cette mesure, que la revue « Nature » juge nécessaire « pour le bien de tous ».

À mesure que la campagne de vaccination mondiale se développe, un autre mouvement monte en puissance plus rapidement encore : la demande d’une suspension des brevets sur toutes les technologies médicales liées à la pandémie de Covid-19 — vaccins inclus. Une pétition internationale appuyant cette revendication, signée par nombre de célébrités (du prix Nobel de la paix Muhammad Yunus à l’acteur George Clooney), vient de passer le cap du million de signatures, tandis qu’une initiative nommée « Pas de profit sur la pandémie » appelle en parallèle les citoyens de l’Union européenne à se mobiliser sur des objectifs analogues.

Une recrue récente et notable de cette campagne est la revue Nature, sans doute la principale publication scientifique mondiale, et que personne ne suspectera d’altermondialisme radical. Elle vient de réclamer dans un éditorial de la rédaction la suspension de la propriété intellectuelle sur les vaccins, plaidant qu’ « il y a des moments où la compétition aide la recherche et l’innovation ; mais il y a aussi des moments durant lesquels elle doit être mise de côté pour le bien de tous ». Une prise de position qui reflète la mobilisation croissante d’une partie du monde scientifique et médical, manifestée aussi dans d’innombrables tribunes.

« Que les vaccins contre le Covid-19 soient considérés comme un bien public, un vaccin du peuple »

Multiforme et international, ce mouvement anti-brevets regroupe des ONG (Oxfam International, Médecins sans frontières, Amnesty International, etc.), des politiques, des experts médicaux et de santé publique, ainsi que des organisations liées aux Nations unies, notamment l’Unesco, l’Unicef, et surtout l’OMS (Organisation mondiale de la santé), en pointe dans cette revendication. Ainsi « The People’s Vaccine Coalition », une sorte de fédération de ces mouvements, réclame, selon les termes du secrétaire général des Nations unies, Ricardo Guttierez, « que les vaccins contre le Covid-19 soient considérés comme un bien public, un vaccin du peuple », exigeant qu’ils soient produits à prix coûtant, et que leur développement soit accompagné par un partage complet de la propriété intellectuelle, des technologies et des savoir-faire associés.

Alors qu’une centaine de pays emmenés par l’Afrique du Sud et l’Inde demandent à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) la levée des brevets sur les vaccins, les pays riches (États-Unis, Union européenne, France, Japon, Suisse, Corée, etc.) se sont pour l’instant toujours opposés à cette idée. Il existe pourtant des moyens juridiques permettant de la mettre en œuvre dans les situations d’urgence, ce qui est à l’évidence le cas pour la pandémie actuelle. L’administration Biden a récemment donné quelques signes de fléchissement de sa position, qui pourraient changer la donne, mais continue pour l’instant à suivre les multinationales pharmaceutiques, qui sont farouchement opposées à toute atteinte à la propriété intellectuelle.

« Il est pourtant évident que l’industrie pharmaceutique a déjà gagné beaucoup d’argent et continuera à en gagner même si les brevets sont levés le temps de la pandémie, notamment avec les vaccins et les rappels qu’ils vendront après la crise », a expliqué à Reporterre Graham Dutfield, de l’université de Leeds, spécialiste de la propriété intellectuelle dans les sciences du vivant. Ainsi, si AstraZeneca s’est engagée à vendre ses vaccins à prix coûtant durant la pandémie, Pfizer et Moderna, qui vendent leurs vaccins aux environs de 30 € les deux doses, devraient réaliser environ 20 milliards de dollars de profit chacun en 2021 selon des estimations récentes du quotidien britannique The Guardian. Des montants qui peuvent choquer compte tenu de la quantité d’argent public dont ces entreprises ont bénéficié, directement ou indirectement. Rappelons que Moderna a écopé en 2020 d’un « prix Shkreli », attribué chaque année par l’Institut Lown aux pires profiteurs de la santé publique. Motif ? « Pour avoir fixé le prix le plus haut du marché à son vaccin, après avoir reçu plus d’un milliard d’argent du contribuable pour le développer », selon les termes du communiqué.

Il serait également utile de suspendre cette propriété intellectuelle pour des raisons éthiques et symboliques

Graham Dutfield concède que la levée provisoire des brevets ne permettrait pas immédiatement d’accélérer la production de vaccins, car il y a aussi des goulots d’étranglement au niveau du savoir-faire, des réactifs, du matériel (les flacons notamment). « Mais cet argument très employé par les industriels n’est pas entièrement de bonne foi, car il cesse d’être vrai à moyen terme ; l’histoire montre qu’on sous-estime la capacité d’apprentissage des pays du Sud, qui pour certains développeraient rapidement un savoir-faire local, ce qui permettrait bel et bien de maximiser la production de vaccin. »

Le chercheur estime qu’il serait également utile de suspendre cette propriété intellectuelle pour des raisons éthiques et symboliques, pour affirmer qu’aux yeux de la société, l’argent ne passe pas avant tout. « Les populations ont consenti à d’énormes sacrifices et restrictions de liberté dans cette crise, conclut-il, il serait naturel que des industriels qui se sont beaucoup enrichis fassent des concessions aussi. »

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale et quotidienne dans le traitement de l’actualité.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que l’information est un bien public, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Son accès ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire