Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Santé

Une centaine d’experts de santé publique critiquent la politique du « tout vaccin »

Dans une tribune publiée le 3 janvier dans le British Medical Journal, une centaine de signataires experts en santé publique ont appelé les gouvernements à ne pas miser uniquement sur la vaccination face à la pandémie de Covid-19. Ils plaident pour une politique de santé complète, incluant une vaccination plus large à l’échelle mondiale.

À travers le monde, les États ont mis en place des stratégies variées face au virus. Certains cherchent à maintenir de faibles taux d’infection en combinant vaccination, mesures de santé publique et des soutiens financiers. D’autres s’appuient sur une approche essentiellement vaccinale et semblent « disposés à tolérer des niveaux élevés d’infection pourvu que leurs systèmes de santé puissent y faire face ». C’est cette deuxième méthode qui inquiète les spécialistes.

Des conséquences durables sur le bien-être des jeunes

Ils expliquent qu’une transmission généralisée du virus multiplie les opportunités d’adaptation du Sars-CoV-2. Et avec elles, de possibles apparitions de nouveaux variants plus transmissibles, voire plus dangereux. De plus, la multiplication des cas augmente mathématiquement le nombre de décès et engorge les services sanitaires, ce qui diminue l’efficacité. Les experts alertent enfin sur la situation de la jeune génération : la fermeture fréquente des écoles entraîne notamment des conséquences durables sur le bien-être des jeunes.

Les signataires de cette tribune adressent à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ainsi qu’aux gouvernements cinq recommandations :
. alerter sur la transmission aéroportée du virus,
. promouvoir l’usage de masques FFP2 :
. promouvoir l’aération des bâtiments publics,
. limiter les niveaux de transmission du virus par un meilleur dépistage et un soutien aux patients malades ;
. permettre un accès équitable aux vaccins à travers le monde.

Pour permettre cet accès aux vaccins dans le monde entier, ils prônent le partage des doses entre pays, mais également la levée des brevets, la suppression des obstacles au transfert de technologies, et l’établissement de centres de production régionaux pour créer un approvisionnement local abondant partout dans le monde.

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale et quotidienne dans le traitement de l’actualité.

Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner