yjghjj"/>
Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Une bonne initiative pour économiser l’énergie

Il y a des bonnes nouvelles ! En Bretagne, les autorités invitent les citoyens à économiser l’électricité, ce qui permettra de ne pas construire de nouvelles capacités de production.

En date du 12 novembre, le Réseau de Transport de l’Electricité, la Région Bretagne et l’Ademe ont invité les citoyens bretons à s’inscrire sur un site www.ouest-ecowatt.com, leur permettant de recevoir une alerte les invitant à reporter certains usages électriques durant les pics de consommation électrique intervenant épisodiquement entre 17h et 20h.
 
L’association Agir pour l’Environnement salue cette initiative qu’elle appelait de ses vœux depuis plusieurs années. En agissant en faveur d’un lissage des pointes de consommation, ces institutions tentent ainsi de responsabiliser les consommateurs d’électricité à l’impact climatique des kWh consommés en période de forte consommation. Chaque kWh supplémentaire, en période de forte consommation, consacré à l’éclairage a, par exemple, un bilan carbone avoisinant les 600 à 700 grammes de CO2.
 
Agir pour l’Environnement constate avec enthousiasme que le Réseau de Transport de l’Electricité est en train d’effectuer sa mue en prenant enfin en compte l’intérêt écologique et économique à mieux rationaliser les infrastructures existantes en lissant les pics de consommation.
 
Les pointes de consommation électrique nécessitent le recours à de vieilles centrales fioul et charbon, particulièrement climaticides, aptes à suivre ces brusques pointes de consommation et imposent un surdimensionnement des capacités de production et infrastructures de transport de l’électricité et ce pour quelques heures par an.
 
La France consomme en moyenne annuelle la production de 60.000 MW tout en étant dotée de capacités de production dépassant les 110.000 MW. En lissant les pics de consommation tout en menant à bien une grande politique de maîtrise de l’énergie, l’inutilité de nouvelles capacités de production électronucléaires (fournissant à notre pays une électricité de base déjà largement excédentaire) apparaîtra avec encore plus d’acuité.
 
Agir pour l’Environnement appelle le Ministre de l’Ecologie ainsi que les Régions à généraliser le plus rapidement possible cette initiative à tout le territoire national. L’association espère que les collectivités locales auront à cœur de suivre cet exemple en adoptant des arrêtés municipaux limitant les éclairages inutiles et publicités lumineuses en cas de pointes de consommation.
 
Agir pour l’Environnement appelle également l’ensemble des citoyens à limiter, dès à présent, les consommations électriques inutiles, tout au long de l’année et ce afin d’adopter un comportement écologique responsable.

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale et quotidienne dans le traitement de l’actualité.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que l’information est un bien public, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Son accès ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire