Accueil > Editorial > Brèves >

Un écologiste assassiné en Indonésie

17 octobre 2019



Golfrid Siregar, défenseur des droits environnementaux et membre de Wahana Lingkungan Hidup Indonesia (WALHI), a été découvert battu et dans un état critique tôt le jeudi 3 octobre 2019. Il est décédé le 6 octobre 2019 des suites des blessures qu’il a subies, annonce Les Amis de la Terre Asie-Pacifique. Bien que la police ait d’abord prétendu que son décès était le résultat d’un accident de la circulation, un certain nombre d’irrégularités et de circonstances suspectes donnent à penser qu’il s’agissait de représailles pour son travail de défense de l’environnement et des droits humains.

La Coalition de la société civile indonésienne pour la protection des défenseurs des droits humains a observé des irrégularités troublantes qui suggèrent que ses blessures n’ont pas été causées par un accident de la route ordinaire. Tout d’abord, il souffrait principalement de blessures graves à la tête, tandis que le reste de son corps n’était pas blessé. Deuxièmement, sa famille et ses amis ont signalé qu’il avait des ecchymoses à l’œil droit comme si elles venaient d’un coup dur et direct. Troisièmement, on a trouvé de la boue et de la terre humide sur ses vêtements, même si la zone où il a été trouvé est pavée, sans terre à proximité. Quatrièmement, ses effets personnels, son sac, son ordinateur portable, son portefeuille et sa bague étaient et sont toujours manquants. Cinquièmement, sa motocyclette n’était pratiquement pas endommagée et ne reflétait pas un accident de la route grave et mortel. Il faut aussi noter qu’il n’y avait pas de taches de sang là où on l’a trouvé, que ses vêtements n’étaient pas endommagés et ne montraient aucun signe de chute de Siregar de la moto, et que son casque a disparu.

Depuis 2016, Golfrid Siregar a travaillé comme directeur juridique chez WALHI North Sumatra, où il a défendu les intérêts des communautés locales dans diverses affaires concernant l’exploitation forestière illégale, l’exploitation minière, l’empiètement des forêts, etc. L’une de ses affaires les plus récentes concernait une poursuite contre PT NSHE, le promoteur du controversé Batang Toru Hydrodam. Déposée par WALHI North Sumatra, la poursuite alléguait que la société avait violé au moins trois lois indonésiennes en matière de permis de projet, de bonne gouvernance et de vices de procédure. Golfrid Siregar a été extrêmement actif dans cette affaire et a également déposé une plainte auprès de la Commission d’éradication de la corruption (KPK) en ce qui concerne le détournement de fonds et la corruption potentiels entre le promoteur du projet PT NSHE et le gouvernement local.

Les Amis de la Terre demandent qu’une enquête sérieuse soit menée sur la mort de Golfrid Siregar.

 Source : Friends of the Earth Asia Pacific






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : À Bali, bronca contre un gigantesque projet d’îles artificielles​
Sur les mêmes thèmes       International Libertés