Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Agriculture

Six militants condamnés à verser 120.000 euros à la ferme des « mille vaches »

Le tribunal de grande instance d’Amiens a condamné ce jeudi 13 septembre au civil six militants de la Confédération paysanne à verser solidairement environ 120.000 euros de dommages et intérêts à l’exploitant de la ferme picarde dite des « mille vaches », pour dégradations. Le propriétaire de la ferme-usine demandait 200.000 euros de dommages et intérêts.

Lors de deux actions en 2013 et 2014, ces militants avaient endommagé le chantier de cette ferme implantée à Drucat, près d’Abbeville (Somme), à quelques semaines de sa mise en service. Ils avaient déjà été condamnés au pénal en appel à des peines d’amendes avec sursis, de 300 à 5.000 euros, en septembre 2015.

« Le tribunal a reconnu que nous étions des lanceurs d’alerte », a fait valoir Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne, qui figure parmi les six condamnés. « Aujourd’hui, on nous demande d’assumer seuls ce que l’on a apporté pour l’intérêt général. Cette situation nous paraît un peu ubuesque », a-t-il déploré.

Le syndicat dénonce dans un communiqué « une sanction financière lourde et inique pour les militant-e-s d’un syndicat agricole qui ont agi collectivement et sans violence pour défendre l’intérêt général face à ce symbole de l’industrialisation de l’agriculture. Ces mêmes militant-e-s qui, lors du procès au pénal en 2015, avaient été qualifiés de “lanceurs d’alerte” par la cour d’appel d’Amiens. »

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale et quotidienne dans le traitement de l’actualité.

Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner