Accueil > Editorial > Brèves >

Six indigènes massacrés dans l’attaque d’une réserve au Nicaragua

4 février 2020



Environ 80 hommes armés ont attaqué jeudi 30 janvier une communauté Mayangna dans une réserve naturelle nicaraguayenne isolée, tuant par balles six indigènes et en kidnappant dix autres. Le lieu de l’attaque se situe à environ 500 km au nord de la capitale, Managua, au cœur de la réserve de biosphère de Bosawás, la deuxième plus grande forêt tropicale des Amériques après l’Amazonie.

Larry Salomon, un avocat mayangna, a expliqué que les pillards sont des « colons » étrangers à la région, et que l’attaque est liée à des conflits fonciers. « Ils veulent nos terres pour l’élevage et pour le bois de nos forêts », a-t-il déclaré à l’agence Reuters.

L’agressivité s’est accrue au cours de la dernière décennie entre les communautés autochtones du Nicaragua et les colons qui se déplacent vers les terres du peuple mosquito du Nicaragua, à la recherche de terres bon marché et fertiles, ainsi que de bois et d’or.

Larry Salomon a déclaré qu’une troupe réunissant l’armée nicaraguayenne, la police et le gouvernement municipal était en route vers la réserve pour enquêter sur l’attaque.

Avec environ 30.000 personnes réparties à travers le pays, les Mayangna ne représentent qu’environ 0,5 % de la population du Nicaragua. Depuis 2014, ils sont assiégés par des groupes armés qui s’emparent peu à peu de leurs terres. L’année dernière, leur chef a déclaré que son peuple était confronté à un risque vital : « Ils nous exterminent petit à petit et l’État ne fait rien », a déclaré Gustavo Lino, le plus haut dirigeant mayangna.

Le Nicaragua avait été un chef de file mondial dans l’octroi de droits fonciers aux peuples autochtones, qui ont acquis, en 1987, leur autonomie sur leurs terres ancestrales. Une loi a été introduite en 2003 pour leur permettre de demander des titres fonciers. Mais les communautés autochtones ont récemment critiqué le gouvernement, qui n’en fait pas assez pour les protéger eux, et leur mode de vie.

La réserve de biosphère de Bosawás, réputée pour sa biodiversité, est un trésor d’espèces rares et menacées qui abrite l’une des dernières populations mondiales de tapir de Baird et de singe araignée d’Amérique centrale.






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.
Sur les mêmes thèmes       International Libertés