Accueil > Editorial > Brèves >

Réserver la moitié de la planète à la vie sauvage : une idée plébiscitée à travers le monde

19 septembre 2019



Un nouveau sondage publié le 17 septembre par le National Geographic révèle qu’en moyenne, la majorité des personnes interrogées dans une douzaine de pays veulent que plus de la moitié des terres et des mers de la planète soient protégées.

L’enquête, fruit d’une collaboration entre la National Geographic Society et Ipsos, a interrogé 12.000 adultes en Australie, au Brésil, en Chine, en Grande-Bretagne, en Inde, en Indonésie, au Kenya, au Mexique, en Afrique du Sud, en Corée du Sud, aux Émirats Arabes Unis et aux États-Unis.

« Les gens veulent ce dont nous avons scientifiquement besoin pour avoir un avenir sûr », a déclaré Jonathan Baillie, vice-président exécutif de la National Geographic Society.

Ainsi, le projet Half-Earth du biologiste E.O. Wilson, qui consisterait à réserver la moitié de la Terre à la vie sauvage, apparaît comme plébiscité, afin d’atteindre l’objectif de Paris visant à limiter le réchauffement planétaire à 1,5° C. et à atteindre les objectifs de développement durable des Nations Unies. .

Pourtant, les résultats de l’enquête ont également révélé un manque d’information et une mauvais appréhension des problèmes posés par l’extinction des espèces, en partie à cause du manque d’éducation. Les Australiens et les Américains sont les moins informés.

 Source : National Geographic.

 Photo : Orang outan (Flickr)






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Pour sauver la vie sauvage, il faut lui réserver… la moitié de la Terre
Sur les mêmes thèmes       Nature