Accueil > On en parle >

Repenser la théologie à la lumière de l’écologie

23 février 2021 / François Euvé



François Euvé examine les responsabilités du christianisme dans la destruction de l’environnement qui a mené à la catastrophe actuelle pour imaginer une nouvelle manière d’appréhender religieusement la question de la nature.

Publiée en 2015, l’encyclique Laudato Si’ sur la « sauvegarde de la maison commune » a connu un retentissement mondial. Pour autant, l’association entre le christianisme et l’écologie est-elle aussi évidente ? De quelle écologie parle-t-on ? Quel type de « conversion » nous est demandé ? Les chrétiens ne sont-ils pas largement responsables de l’« anthropocène », cette destruction de la nature poursuivie par l’homme au cours des siècles ?

À partir d’un diagnostic de la situation présente, François Euvé pose les fondements d’une théologie de l’écologie qui confronte à la fois la tradition biblique, l’histoire et les courants de pensée contemporains. La notion d’une création du monde par un Dieu tout puissant est en effet au cœur de la révélation chrétienne, comme le rappelle le premier verset du Credo : « Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre. »

Cette affirmation doit cependant être reprise radicalement pour redéfinir la relation entre Dieu, l’homme et la nature, en se démarquant avec netteté de l’anthropocentrisme moderne. Au lieu d’encourager l’évasion, comme on a pu l’accuser, ou de céder comme d’autres au catastrophisme, le christianisme se doit d’entretenir une espérance, celle qu’un autre monde est possible, dans une Création à partager avec justice.






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Le difficile verdissement des Églises
Dans les mêmes dossiers       Écologie et spiritualité