Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Alimentation

Repas végétariens à l’école : la santé des enfants n’est pas en danger

En novembre 2019, la loi Egalim exigeait que les cantines françaises proposent un repas sans viande ni poisson par semaine aux écoliers, dans le cadre d’une expérimentation de deux ans. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) a suivi de près les effets de ce dispositif sur les apports nutritionnels des élèves de primaire. Elle vient de publier ses résultats. Selon elle, les repas végétariens ne présentent pas de risque pour la santé des enfants, et pourraient être déployés à plus grande échelle.

« Un menu végétarien hebdomadaire en restauration scolaire peut contribuer à la couverture de l’ensemble des besoins nutritionnels des enfants, écrit l’Agence, à la condition qu’il soit équilibré et que l’offre végétarienne prenne mieux en compte l’intérêt des apports en légumineuses et en céréales complètes. » Selon elle, il ne serait « pas pertinent » de proposer une fréquence maximale de tels menus. Autrement dit, les écoles pourraient proposer plusieurs fois par semaine des repas végétariens à leurs élèves, sans que l’équilibre nutritionnel de ces derniers en pâtisse.

Cet avis devrait contribuer à apaiser le débat houleux sur les menus végétariens au sein des cantines. « Cela fait des années que les régimes alimentaires végétariens et végétaliens bien menés sont reconnus comme viables par de nombreux organismes médicaux à l’étranger (comme l’association Diététiciens du Canada ou le Service national de santé britannique, le NHS), quel que soit l’âge de la vie, a réagi dans un communiqué Alexandra Coché, responsable du pôle « Food » de L214. Cette réponse scientifique d’une institution française est un premier pas positif pour la prise en compte de ces modes d’alimentation de plus en plus choisis dans notre pays. »

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale et quotidienne dans le traitement de l’actualité.

Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner