Accueil > Editorial > Brèves >

Privatisation d’Aéroports de Paris : la collecte des signatures pour le référendum a commencé

13 juin 2019



Jeudi 13 juin, le ministère de l’Intérieur a ouvert la plateforme permettant de voter en ligne en faveur de la proposition de loi référendaire « visant à affirmer le caractère de service public national de l’exploitation des aérodromes de Paris ».

Pour que cette proposition débouche sur un référendum « pour ou contre la privatisation des aéroports de Paris », il faudra qu’elle recueille 4,7 millions de signatures d’ici 9 mois. Il s’agirait dans ce cas du premier référendum d’initiative partagée (RIP) depuis l’instauration de cet outil dans la constitution, en 2008. Quelque 250 députés et sénateurs avaient enclenché début avril la procédure de RIP.

Dans l’exposé des motifs, les auteurs de la proposition indiquait notamment :

L’aviation est responsable de 2 à 3 % des émissions de CO2 à l’échelle mondiale. Les émissions de gaz à effet de serre (GES) du secteur pourraient encore au moins tripler d’ici à 2030. Si l’aviation échappe à l’Accord de Paris, sa contribution au dérèglement climatique est bien réelle. Selon le centre de recherche Carbon Brief, les émissions de l’aviation pourraient représenter un quart du budget carbone d’ici à 2050 pour limiter la hausse planétaire des températures à 1,5 °C. Il nous paraît donc nécessaire que l’exploitation et le développement des aérodromes de Paris relèvent d’un service public national afin que la puissance publique puisse décider démocratiquement des conditions d’exploitation et de développement de ces aérodromes pour faire face à cet enjeu.






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.
Dans les mêmes dossiers       Transports



Sur les mêmes thèmes       Politique