Accueil > Editorial > On en parle >

Que pensent les dindes de Noël ?

11 octobre 2019 / Fabienne Delfour



Dans « Que pensent les dindes de Noël ? », l’éthologue Fabienne Delfour nous invite à nous mettre à la place des animaux pour réinventer nos relations avec eux.

Face aux changements de paradigmes (sociétal, écologique), ce livre propose une nouvelle manière d’appréhender notre relation à l’animal : adopter la perspective de l’animal, oser prendre en compte son point de vue grâce à l’éthologie et défendre la cause animale avec une démarche scientifique. Pour bâtir une nouvelle solidarité du vivant.

Antispécisme, véganisme, statut de l’animal, sauvegarde de la biodiversité et nouvelle extinction de masse… La relation homme-animal vit un profond changement qui révolutionne nos lois, nos traditions alimentaires, nos loisirs, et questionne la place de l’homme dans sa relation au vivant.

Mais que pensent les dindes de Noël ? Assurément bien plus qu’on se le figure selon l’éthologue Fabienne Delfour, dont le propos éclaire l’essentielle réflexion à mener sur notre relation complexe à l’animal. La science a déjà montré que les animaux font l’expérience du monde de manière subjective, qu’ils ressentent une vaste palette d’émotions, qu’ils sont sujets à la joie, à la peur, au stress, à la douleur, qu’ils sont capables d’empathie et de solidarité ou, au contraire, de duperie pour servir leurs intérêts. En se faisant la porte-parole de l’éthologie constructiviste, discipline qui étudie le comportement des animaux considérés comme des sujets et non des individus, l’auteure propose d’aller plus loin, d’ôter nos lunettes de bipède anthropocentré pour s’intéresser à l’animal à la première personne et défendre son point de vue. S’appuyant sur l’observation de nos compagnons domestiques, des animaux sauvages et de ceux des parcs zoologiques, l’auteure nous propose de réinventer notre rapport à l’animal, de tisser de nouveaux liens avec eux et de trouver les moyens de leur protection et de leur préservation, de manière individuelle et au-delà des postures militantes, afin de bâtir un monde respectueux du vivant et soucieux du partage des ressources et de l’espace.

Oser se mettre à la place de l’animal pour bâtir une nouvelle solidarité du vivant.

Fabienne Delfour est éthologue et cétologue, associée au Laboratoire d’Ethologie Expérimentale et Comparée de l’université de Paris 13. Spécialisée en éthologie et cognition animale et en bien-être animal, elle est également enseignante, créatrice d’une entreprise de conseils dans le domaine animalier et membre de plusieurs comités scientifiques sur le bien-être animal. Grâce à ses recherches en milieu naturel et en captivité, elle interroge les limites du sauvage et du domestique, réfléchit à une communication anthropo-zoologique en adoptant et respectant la perspective de l’animal. Son travail porte sur les grands mammifères et en particulier les mammifères marins.







Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.