Accueil > Editorial > On en parle >

Pour un internet plus écologique

2 décembre 2019 / Éric Vidalenc



Éric Vidalenc, dans « Pour une écologie numérique », invite à penser une place du numérique dans nos vies qui pourra nous apporter un mieux-être réel et davantage d’autonomie dans un monde plus juste et plus sobre.

Alliées ou ennemies, la transition énergétique et la transition numérique ? La première option a des allures d’évidence . La dématérialisation n’est-elle pas économe en kilomètres de transport et en matières premières ? Ne peut-on, grâce à des outils « intelligents », régler au mieux nos consommations de chauffage ou d’électricité ? Le papier ne s’efface-t-il pas derrière les données stockées sur un cloud ?

Ce serait oublier la dimension énergivore des infrastructures matérielles nécessaires à cet enveloppement numérique de nos vies : réseaux, centres de stockage, utilisation de métaux rares, obsolescence rapide, etc. Sans compter tous ces « besoins » de consommation créés par les possibilités numériques : baskets ou frigos connectés, trottinettes en libre-service, etc.

Alors, face à l’urgence climatique, que faire ? Revenir en arrière ? En détaillant les atouts et les écueils de nombreuses pistes (smart cities, voitures connectées, champs numériques, industries 4.0…), Éric Vidalenc nous invite plutôt à « remettre le numérique à sa place » : celle qui pourra nous apporter un mieux-être réel et davantage d’autonomie dans un monde plus juste et plus sobre.

En coédition avec l’Institut Veblen.







Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Le commerce par Internet est un désastre écologique