Accueil > Info >

Pollution en Arctique russe : amende record de 1,6 milliard d’euros pour le géant minier Nornickel

19 février 2021 / Estelle Levresse (Reporterre)



La justice russe a reconnu la responsabilité de l’entreprise minière Nornickel dans la fuite de 21.000 tonnes de diesel qui ont pollué durablement la région. Les associations de défense de l’environnement espèrent que cette amende sans précédent marquera un tournant dans la gestion des catastrophes écologiques et surtout dans leur prévention.

C’est la plus grosse compensation pour des dommages environnementaux de l’histoire de la Russie. Le 5 février, le tribunal d’arbitrage du territoire de Krasnoïarsk en Sibérie a condamné le géant minier Norilsk Nickel (Nornickel) à une amende de 146,2 milliards de roubles (1,6 milliard d’euros) pour sa responsabilité dans la grave pollution survenue en mai 2020 en Arctique.

Une amende record et un jugement sans précédent dans un pays où les fuites d’hydrocarbures se produisent régulièrement mais les responsables sont rarement poursuivis. « Il est souvent difficile d’établir les responsabilités. Les sociétés concernées cachent les informations pour minimiser leur implication et les dommages, explique à Reporterre Elena Sakirko, cheffe du département énergie de Greenpeace en Russie. Et quand une compagnie est mise en cause, en général elle paie pour le nettoyage et ça s’arrête là. Les dégâts sur l’écosystème ne sont jamais compensés ». Dans les zones difficiles d’accès, certains accidents ne sont même pas répertoriés.

Greenpeace Russie a prélevé des échantillons dans la rivière Piassina après la pollution.

Cette fois, le leader mondial de la production de palladium et de nickel va devoir faire face à ses responsabilités. Survenu le 29 mai 2020, l’accident a été causé par l’affaissement d’un réservoir d’une centrale thermique de sa filiale NTEK. Il a entraîné la fuite de 21.000 tonnes de diesel, qui s’est infiltré dans le sol et les rivières voisines atteignant ensuite le lac Piassino et la mer de Kara et causant des dégâts à long terme pour les peuples autochtones de la péninsule du Taïmyr qui vivent de la pêche et des ressources naturelles.

Bien que Nornickel ait tenté au départ de faire porter le chapeau au dégel du pergélisol, l’enquête a démontré que le réservoir de stockage de carburant présentait des défauts de construction et d’entretien, mettant en cause la responsabilité directe de l’entreprise dans l’accident.

L’agence russe de surveillance de l’environnement, Rosprirodnadzor, a évalué les dommages à près de 148 milliards de roubles et le tribunal a quasiment suivi son mode de calcul. De son côté, Nornickel proposait de payer 21 milliards de roubles (280 millions d’euros). « Nous sommes heureux, nous avons gagné », s’est réjouie Svetlana Radionova, cheffe de Rosprirodnadzor, à l’issue de l’audience. Le géant minier, dont le propriétaire Vladimir Potanine est l’homme d’affaires le plus riche de Russie selon le dernier classement Forbes daté du 16 février, a un mois pour faire appel. Rosprirodnadzor a toutefois enjoint à l’entreprise de payer les dommages.

Une médiatisation déterminante

Si l’ampleur de la catastrophe, due notamment à la lenteur de réaction des responsables de l’entreprise et des autorités locales, explique en partie le montant inédit de l’amende infligée à Nornickel, sa forte médiatisation a également joué un rôle important. En mai 2020, vidéos et photos d’habitants de la région ainsi que des images satellite montrant la pollution visible depuis l’espace avaient très rapidement envahi les réseaux sociaux et fait le tour du monde.

Alexei Knijnikov, expert chez WWF Russie, s’est félicité de la décision du tribunal et de la rapidité avec lequel le dossier a été traité. « Dans un litige difficile avec les avocats de Norilsk Nickel, et nous savons tous que les sociétés minières ne lésinent pas sur de telles dépenses, Rosprirodnadzor a su défendre les intérêts de la société et de la nature », a-t-il déclaré dans la presse russe.

Outre la mise en place d’un système efficace de surveillance des infrastructures vieillissantes qui permettrait d’éviter un certain nombre d’accidents, Greenpeace aimerait pour sa part que cette amende record constitue un accélérateur de transition vers de nouvelles technologies de production d’énergie sans danger pour l’environnement. « La solution idéale aux problèmes de fuites d’hydrocarbures est d’éliminer progressivement le pétrole comme source d’énergie », déclare Elena Sakirko. Son association milite depuis plusieurs années pour mettre fin à l’exploitation jugée trop dangereuse des hydrocarbures en Arctique.


C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale dans le traitement de l’actualité.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Le journal n’appartient pas à un milliardaire ou à une entreprise Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que s’informer est un droit essentiel, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Ce droit ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 98% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Désastre écologique en Arctique : les autorités russes ont réagi trop tard

Source : Estelle Levresse pour Reporterre

Carte : © Gaëlle Sutton/Reporterre

Photos : .chapo Le fleuve Piassina se jette dans la mer de Kara (avec le pôle nord en bas de la photo). Son estuaire se trouve sur la gauche, à la limite des glaces. Domaine public Nasa/WikimediaCommons
. Prélèvement : © Dmitry Sharomov/Greenpeace

Sur les mêmes thèmes       Pollutions