Accueil > Brèves >

Plus de cent chefs d’États attendus à l’ONU pour parler de biodiversité

30 septembre 2020



Mercredi 30 septembre, les Nations unies organisent un sommet sur la biodiversité. Plus d’une centaine de chefs d’État et de gouvernement devraient prendre la parole. L’occasion de redonner un cap à la communauté internationale sur la préservation du vivant, alors qu’un récent rapport de l’ONU montrait qu’aucun des objectifs adoptés en 2010 pour contenir la sixième extinction de masse n’avait été atteint.



2020 devait en effet être une année cruciale pour la biodiversité, avec notamment le Congrès mondial de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et la COP15 de la Convention sur la diversité biologique, qui devaient permettre d’adoption d’une nouvelle feuille de route en faveur de la biodiversité. En raison de la pandémie, ces rendez-vous importants ont été reportés : la COP15 au mieux à mai 2021 ; le Congrès de l’UICN a été reporté sine die. D’autres discussions bilatérales sur ces sujets, notamment entre la Chine et l’Union européenne, ont été annulées.

« Ces discussions politiques bilatérales sont pourtant déterminantes pour faire avancer la gouvernance mondiale de la biodiversité ou du climat », a rappelé Sébastien Treyer, directeur général de l’Iddri (Institut du développement durable et des relations internationales). Pour M. Treyer, « le Sommet biodiversité de l’Assemblée générale des nations Unies constitue une première balise indispensable » : « On y attend un certain nombre de signaux clairs, indispensables au succès d’un accord ambitieux sur la biodiversité en 2021. »

Signal positif, le 28 septembre dernier, une soixantaine de responsables mondiaux ont signé un Engagement des dirigeants pour la nature dans lequel ils promettent d’œuvrer à inverser la courbe de perte de biodiversité d’ici à 2030. « Nous nous sommes réunis aujourd’hui, avant le sommet des Nations unies, pour envoyer un signal commun pour accroître l’ambition mondiale pour la biodiversité », ont-écrit les signataires, parmi lesquels figurent Emmanuel Macron, Angela Merkel et Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne.






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.
Sur les mêmes thèmes       International