Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Transports

Peut-on continuer à prendre l’avion ? Le débat vidéo de Reporterre

Au regard de l’urgence climatique, le trafic aérien peut-il continuer en l’état ? Charlène Fleury, pour Alternatiba, et Thibaud Normand, pour Safran, en discuteront tout à l’heure, à 19, h lors d’un débat vidéo organisé par Reporterre. À suivre sur le site et sur les réseaux sociaux.

Climat : peut-on continuer à prendre l’avion ? Voilà l’intitulé du débat vidéo organisé par Reporterre mardi 30 novembre à partir de 19 h, retransmis en direct sur les réseaux sociaux. Sur le plateau : Charlène Fleury, coordinatrice de la campagne aviation d’Alternatiba/ANV-Cop21, et Thibaud Normand, directeur climat de Safran. Hervé Kempf, rédacteur en chef du quotidien de l’écologie, animera la discussion tandis que Laury-Anne Cholez, journaliste, relaiera les questions des internautes. Vous pourrez en effet poser toutes vos questions aux deux invités, et ce notamment autour de quatre grands thèmes :

  • Un avion propre est-il possible ?
  • Pourquoi prenons-nous l’avion ?
  • Quelles reconversions pour les travailleurs du secteur ?
  • Comment ne plus prendre l’avion ?

À l’heure où le secteur aérien est responsable de 3 % des émissions anthropiques de gaz à effet de serre dans le monde — et 7 % des émissions françaises, parce que l’on prend plus l’avion dans notre pays qu’en moyenne dans le monde —, l’industrie aéronautique mise sur les avions dits « propres » ou « verts » pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, un objectif annoncé en octobre par l’Association internationale du transport aérien (Iata). Agrocarburants, avions à hydrogène, réduction de la vitesse des avions… Mais les innovations technologiques suffiront-elles pour respecter les objectifs de l’accord de Paris, alors que le nombre de passagers pourrait doubler d’ici 2037 à l’échelle mondiale selon l’Iata ? Les associations écologistes estiment quant à elles que seule une réduction substantielle du trafic aérien permettra de répondre à l’urgence climatique, laquelle a été une nouvelle fois mise en avant dans le dernier rapport du Giec. Mais une telle réduction est-elle envisageable ?

Quel imaginaire autour de l’aviation ?

L’enjeu de l’imaginaire entourant l’avion est également important. On se souvient des déclarations de Léonore Moncond’huy, maire EELV de Poitiers, qui, en avril 2021, déclarait : « L’aérien ne doit plus faire partie des rêves des enfants. » Alors, l’avion doit-il rester ou non un rêve ? Pourquoi prenons-nous l’avion ? Tous les trajets sont-ils vraiment nécessaires ? N’est-il pas souhaitable d’appréhender différemment notre manière de faire du tourisme et de voyager 

Tout cela pose la question du devenir des travailleurs et travailleuses du secteur. La filière aéronautique représente en France 300 000 emplois directs et indirects répartis au sein de 1 300 entreprises selon le ministère de l’Économie et des Finances. Alors, quelles éventuelles reconversions envisager pour les salariés et salariées du secteur ? Comment combiner lutte contre le réchauffement climatique et préservation des activités des salariés et salariées 

Remettre le train au centre

Un dernier enjeu, enfin : est-il possible de ne plus prendre l’avion et si oui, comment atteindre cet objectif ? À l’heure où le secteur propose souvent des trajets à prix cassés (exemple récent : des vols au départ de Lyon pour… 2 €), faut-il taxer le kérosène mais aussi augmenter l’écocontribution sur les billets d’avion, comme le demande le Réseau Action Climat ? Réinvestir dans le ferroviaire pour améliorer le maillage territorial et baisser le prix des billets de train ?

Toutes ces thématiques seront abordées lors de ce débat diffusé en direct sur les comptes Facebook, YouTube et Twitch de Reporterre, ainsi que sur Twitter via le mot-clic ou hashtag #ParlonsEcologie. Vous pourrez poser toutes vos questions aux invités en direct sur nos réseaux sociaux. À mardi soir !

Add to Calendar

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale et quotidienne dans le traitement de l’actualité.

Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner