Accueil > Editorial > Édito >

Merci à toutes et à tous !

20 décembre 2018 / Hervé Kempf (Reporterre)



Vous avez de nouveau apporté un beau soutien au quotidien de l’écologie lors de notre campagne de Noël. Un grand, grand merci. Vous nous donnez plein d’énergie pour informer toujours mieux sur l’écologie, l’actualité, les luttes et les alternatives.

Merci pour vos articles d’une rigueur hors du commun, votre engagement et les messages porteurs de sens que vous incarnez. Espérant que cette petite aide puisse vous permettre, à son échelle, de continuer à nous informer de cette si belle façon. Bravo et merci à tout cette équipe bien motivée. »

Bravo pour ce super projet. Je suis très content de pouvoir lire une information sur l’environnement qui semble sourcée et qui prend la peine d’exprimer des points de vues contradictoires qui viennent enrichir les articles. On ne trouve pas cela partout. »

Vous êtes tout simplement mon magazine de référence pour l’écologie. Je vous lis à peu près tous les jours et je trouve remarquables à la fois vos enquêtes de fond et votre travail de veille (événements, scandales, publications...). »

Découvert il y a peu, Reporterre est désormais en tête de mes favoris ! »

Continuez ! Les initiatives fleurissent, les résistants s’endurcissent et se radicalisent. Pendant ce temps, la planète souffre et hurle. Mais nous commençons à entendre. Demain l’élan, peut-être trop tard, mais la démarche fera sens. »

De tels messages, nous en avons reçu des dizaines depuis quelques semaines. Que vous dire, amies et amis lectrices et lecteurs, sinon un immense, un très sincère, un vibrant « Merci ». Vos mots nous font chaud au cœur, ils nous encouragent à continuer encore mieux notre tâche d’informer sur la situation écologique de ce monde, et vos dons nous donnent le moyen de le faire : la campagne de soutien de Noël a été, de nouveau, un grand succès, et en trois semaines, nous avons atteint l’objectif de 70.000 euros. Qui vont financer le travail des journalistes et de tous les membres de l’équipe, payer le loyer, couvrir les frais de reportage, lancer de nouveaux projets, etc. Quant à la portée des informations, reportages, enquêtes, entretiens publiés par Reporterre, elle ne cesse de croître, et ce sont plus de 22.000 personnes qui, tous les jours, viennent lire le quotidien de l’écologie.

Les derniers mois ont été très intenses et, du départ de M. Hulot à la révolte des Gilets jaunes initiée par le rejet d’une taxe carbone qui ne serait pas juste, c’est la question écologique qui s’est trouvée au centre de la vie du pays. Nous l’avons raconté, tout en accordant une importance aussi grande au grand rendez-vous sur le climat qu’ont été le rapport du Giec et la séquence de la COP24. Mais cela, vous le savez. Il est temps, à l’orée d’un temps de Noël et de nouvel an bienvenu — Reporterre sera en pause du 23 décembre au 3 janvier — de se tourner vers l’avenir.

En ce qui concerne l’actualité en France, gageons que le grand bouleversement créé par la révolte des Gilets jaunes ne retombera pas de sitôt. Cependant, notre travail n’est pas de faire des pronostics, mais de raconter, au mieux possible, ce qui se passe. Et simplement, nous tâcherons de le faire, quoi qu’il arrive.

En ce qui concerne Reporterre, la confiance que vous nous accordez et les moyens que vous fournissez à un média en accès libre, sans publicité, et sans actionnaire nous donnent des ailes pour poursuivre et approfondir des projets qui nous tiennent (et on croit qu’à vous aussi) à cœur :
• renforcer le lien avec la communauté des lectrices et des lecteurs, en faisant mieux vivre le Club des lecteurs et en animant le réseau des Amis de Reporterre ;
• poursuivre les deux grands projets rédactionnels Écologie et quartiers populaires et Santé et environnement ;
• préparer de belles et fortes rencontres — avec une belle surprise vers juin prochain — mais je ne vous en dis pas plus… c’est une surprise !

Merci encore d’être là. Toute l’équipe vous souhaite un joyeux Noël et une très bonne nouvelle année. Avec plein d’énergie pour s’engager l’an prochain vers un monde juste et beau.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Reporterre, le quotidien du climat, avec votre soutien

Source : Hervé Kempf pour Reporterre

Photo : © Marion Esnault/Reporterre

Dessin : © Red !/Reporterre