Journal indépendant, en accès libre, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Reportage — Loi Climat

Marche Climat : « Vous sabotez, nous bâtissons »

Associations, syndicats, ONG écologistes et citoyens ont défilé ensemble dimanche 9 mai pour dénoncer l’échec de la loi Climat. Ils demandent des mesures à la hauteur de l’enjeu climatique.

Paris, reportage

Zéro pointé ! Dimanche 9 mai, des dizaines de milliers de personnes ont défilé dans toute la France pour protester contre le manque d’ambition de la loi Climat, votée le 4 mai par l’Assemblée nationale. Un cortège coloré où se mêlaient les drapeaux des associations écologiques avec ceux des syndicats, notamment la CGT et la Confédération paysanne.

730 organisations étaient signataires de l’appel du collectif Plus jamais ça !, initiateur de cette marche Climat. Au total, 115 000 personnes ont participé à 163 défilés à travers le pays, dont 56 000 à Paris, selon les organisateurs. La police a recensé 46 918 personnes en France et 8 500 dans la capitale.

Jean-François Julliard (Greenpeace France), aux côtés d’Aurélie Trouvé (Attac), Philippe Martinez (CGT) ou encore de Nicolas Girod (Confédération paysanne).

Syndicats, associations et citoyens se sont retrouvés sous la même bannière. Ici, Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France défilait aux côtés d’Aurélie Trouvé, porte-parole d’Attac, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT ou encore de Nicolas Girod, porte-parole de la Confédération paysanne.

Bernard Loup, président du Collectif pour le triangle de Gonesse.

Bernard Loup, président du Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG), était présent. Alors que Jean Castex vient de valider le projet de construction d’une gare sur les terres du triangle de Gonesse, le militant et le CPTG continuent le combat contre le bétonnage : « On se demande si l’abandon du projet EuropaCity était vraiment une décision pour l’écologie ou bien pour sauver Auchan, alors dans la panade. Aujourd’hui, avec ce nouveau projet, rien ne justifie cette gare, cela va dans le sens contraire de l’écologie. »

Les organisateurs de la marche pour le climat du 9 mai ont recensé près de 115 000 manifestants dans toute la France, dont 56 000 à Paris.

Signal fort, c’est la première fois que la CGT appelle à marcher pour le climat. Philippe Martinez, son secrétaire général, était présent dans le cortège pour « faire la démonstration concrète qu’il est possible de travailler sur les deux urgences sociales et climatiques, malgré les expériences et histoires différentes ».

Pour Cyril Dion, il faut « continuer à dénoncer le manque d’ambition de la loi Climat ».

Le réalisateur Cyril Dion, l’un des trois garants de la Convention citoyenne dont les 149 mesures ont été détricotées par la loi Climat, estime qu’il faut continuer à se mobiliser. « La ténacité continue à payer. Depuis 2018, les actions ont permis de condamner l’État pour carence fautive. Le but désormais, c’est de maintenir la pression, de continuer de prendre le gouvernement en tenaille et faire en sorte que la question climatique reste prédominante dans les débats. »

Notre reportage en images :

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale dans le traitement de l’actualité.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que s’informer est un droit essentiel, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Ce droit ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire