Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Climat

Les sept dernières années sont les plus chaudes jamais enregistrées

Les sept dernières années sont les plus chaudes sur Terre depuis qu’il y a des mesures. « Et ce avec une nette marge », précise l’agence européenne de surveillance du climat Copernicus, qui a publié le résultat de ses relevés annuels ce lundi 10 janvier.

Au sein de ces sept années, l’agence considère 2021 comme une année relativement « fraîche » au niveau global. Elle reste tout de même la cinquième année la plus chaude. « La température annuelle moyenne a été supérieure de 0,3 °C à la période de référence 1991-2020 et de 1,1 à 1,2 °C au niveau préindustriel de 1850-1900 », précise Copernicus.

Au niveau régional, l’agence rappelle cependant qu’en 2021 « l’Europe a connu son été le plus chaud jamais enregistré », avec « des vagues de chaleur sévères en Méditerranée et des inondations en Europe centrale ». Cela a favorisé les incendies de forêt « intenses et prolongés » autour de la Méditerranée. Elle indique qu’un nouveau record de chaleur a été battu en Sicile, où une température de 48,8 °C a été enregistrée, soit 0,8 °C de plus que le record précédent. Il doit « encore être officiellement confirmé par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) », précise Copernicus.

L’agence livre aussi les résultats préliminaires de son analyse des données satellite. Sans surprise, les concentrations des gaz à effet de serre que sont le dioxyde de carbone (CO₂) et le méthane sont en augmentation. Pour le dioxyde de carbone, un « record mondial annuel » a été enregistré autour de 414,3 ppm (parties par million). Pour le méthane, un « maximum mondial sans précédent » a été atteint et reste encore à expliquer.

Autant de résultats qui « nous rappellent brutalement la nécessité de changer notre façon d’agir, de prendre des décisions décisives et effectives vers une société durable et de travailler à la réduction des émissions nettes de carbone », a estimé Carlo Buontempo, directeur du C3S, le service Copernicus pour le changement climatique.

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale et quotidienne dans le traitement de l’actualité.

Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner