Théo Tzelepoglou"/>
Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Pollutions

Les pompiers davantage exposés à des risques de cancers

Les pompiers mobilisés lors des attentats du 11 septembre 2001, aux États-Unis, ont eu 13 % de probabilité en plus de développer un cancer que leurs collègues n’étant pas intervenus ce jour-là, révèle une étude.

Amiante, arsenic, polychlorobiphényles (PCB), hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), acide sulfurique... Les pompiers mobilisés lors des attentats du World Trade Center aux États-Unis, le 11 septembre 2001, ont fortement été exposés à des substances cancérigènes. Une étude parue le 10 septembre dans la revue Occupational and Environmental Medicine révèle qu’ils ont eu 13 % de probabilité en plus de développer un cancer que les soldats du feu n’étant pas intervenus ce jour-là.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs du Albert Einstein College of Medicine de New York et le World Trade Center Health Program ont suivi sur quinze ans, jusqu’en 2016, 10 786 pompiers mobilisés durant les attentats et 8 813 autres qui ne sont pas intervenus. Ils ont comparé ces deux groupes à la population américaine, en prenant en compte l’historique de tabagisme des pompiers et le biais de surveillance associé au suivi. Le groupe de pompiers intervenu à la suite du 11-Septembre a en effet fait l’objet d’une surveillance médicale bien meilleure que la population générale. Le diagnostic d’un cancer durant la durée de l’étude était donc bien plus probable.

Celle-ci complète un précédent rapport mené par les mêmes auteurs jusqu’en 2009, qui avait déjà démontré que les pompiers présents lors des attentats du 11-Septembre avaient un risque accru de développer un cancer de la thyroïde et de la prostate. Cette nouvelle étude conforte ces résultats et ajoute un risque plus élevé de développer tout type de cancer, comme celui de la peau (mélanome) ou du système lymphatique (lymphome non hodgkinien). C’est toutefois surtout le cancer de la prostate qui a été majoritairement diagnostiqué entre 2008 et 2012.

Trois pompiers de la ville de New York devant un immeuble en feu à la suite de l’attaque terroriste du 11-Septembre contre le World Trade Center. Library of Congress/Prints & Photographs Division/Unattributed 9/11 Photographs/CC0/2002719369/LC-DIG-ppmsca-02153

Des composés encore présents dans l’environnement

Ces cancers sont potentiellement dus à l’exposition accrue de ces pompiers à des polychlorobiphényles (PCB), des composés chimiques toxiques, écotoxiques et reprotoxiques. C’est la nature reprotoxique, en tant que perturbateur du métabolisme des hormones sexuelles masculines, qui pourrait être à l’origine de ces cancers de la prostate. Les PCB ont été principalement utilisés comme isolants électriques inflammables, jusqu’à leur interdiction en 1979 aux États-Unis et en 1987 en France, soit bien après la construction des tours du World Trade Center et de nombreux autres bâtiments dans le monde. Ces composés sont encore très présents dans l’environnement en raison de leur stabilité chimique et leur très faible biodégradabilité. Du fait de leur activité professionnelle, les pompiers sont tous plus exposés aux PCB que la population générale, même en France.

D’autres composés seraient en partie responsables de ces cancers, des hydrocarbures aromatiques nommés PAH. « Ce sont des composés présents dans la suie, le goudron et aussi la fumée, générés par des processus de combustion incomplète de la matière organique à haute température », dit à Reporterre André Picot, toxicochimiste retraité et fondateur de l’Unité de prévention du risque chimique du Centre national de la recherche scientifique (CNRS).

L’étude n’est cependant pas dépourvue de biais. Fumer augmente en effet drastiquement le risque de développer un cancer, et si l’historique des pompiers mobilisés le 11-Septembre était bien identifié, seulement 32 % de l’historique de tabagisme des pompiers non concernés était connu. De plus, selon les auteurs, le niveau de correction du biais de surveillance influence fortement les résultats et n’est peut-être pas suffisamment fidèle à la réalité. Toutefois, d’après l’étude, l’âge médian de développement d’un cancer est également plus bas chez les pompiers qui n’étaient pas sur les lieux par rapport à celui de la population générale ; mettant ainsi en lumière un métier n’étant pas uniquement à risque lors des interventions de grande ampleur. En 2019, une étude de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), qui analysait un corpus d’études scientifiques sur les risques sanitaires liés aux activités des sapeurs-pompiers, en concluait que « la méta-analyse conduite a[vait] mis en évidence des risques accrus de développer certains cancers ». Parmi les plus probables : celui des testicules, de la prostate ou le lymphome non hodgkinien.

En France, l’incendie de l’usine de Lubrizol, le 26 septembre 2019, avait exposé les pompiers mobilisés sur place à une forte pollution respiratoire, « de l’amiante sous forme d’une pluie de poussière blanche », précise André Picot. « La grosse inquiétude, ce sont les effets à long terme sur la santé, déclarait ainsi le 26 septembre 2020 à Ouest-France le représentant du personnel, Thomas Bru (CGT). Les conséquences d’un contact avec des substances CMR [cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction] ne se manifesteront que dans dix ou quinze ans. » Pour André Picot, « c’est effectivement le cas du mésothéliome [un cancer de la plèvre du poumon] et des leucémies par exemple, où il faut plus de dix ans pour que ces pathologies se déclarent ».

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale et quotidienne dans le traitement de l’actualité.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que l’information est un bien public, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Son accès ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire