Accueil > Editorial > Brèves >

Les opposants à EuropaCity neutralisent les travaux de la future gare

25 juillet 2019



Jeudi 25 juillet, au petit matin, une quinzaine de citoyens ont bloqué l’installation des canalisations de la future gare Triangle-de-Gonesse, comprise dans le projet de la ligne 17 du futur métro du Grand Paris Express (GPE). Avant 7 heures du matin, ils ont fait irruption sur le chantier et se sont installés autour des bulldozers. La police est arrivée sur place, a relevé les identités des activistes, mais ne les a pas délogé. Les ouvriers n’avaient, en fin de matinée, toujours pas pu reprendre leur travail. « Nous allons rester jusqu’à leur départ, d’ici 13 heures, promettent les activistes, joints au téléphone par Reporterre. Avec la canicule, leurs horaires sont aménagés et ils ne travaillent pas l’après-midi. »

Le permis de construire de la gare Triangle-de-Gonesse avait été validé en septembre 2018 et ses opposants avaient alors déposé un recours pour le faire annuler. « Il faut lutter, car cette gare ne desservirait pas les Gonessiens : la première habitation serait située à 1,7 kilomètre de la gare ! déplorait en juin Steven Januario Rodrigues, du mouvement politique Nous Gonessiens. C’est une aberration, aucun habitant ne rêve de prendre le métro ici. »

« Nous ne lâcherons pas, car cette gare, c’est le cheval de Troie qui rendra irréversible l’urbanisation du triangle de Gonesse », prévenait Bernard Loup, désireux de protéger ces terres fertiles du nord de Paris. La gare Triangle-de-Gonesse desservirait en fait une zone pensée pour accueillir le gigantesque projet EuropaCity : un demi-millier de boutiques, de quatre hôtels, d’une piste de ski, d’une salle de spectacle, des cinémas, d’un centre aquatique et d’un palais des congrès.

Le sort du mégacomplexe commercial, culturel et sportif, estimé à 3,1 milliards d’euros, est actuellement ballotté entre décisions politiques et judiciaires. Ses promoteurs, le groupe Auchan et le conglomérat chinois Wanda, restent décidés à l’ériger et aspirent à y attirer près de 30 millions de visiteurs par an.






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Les opposants à EuropaCity bloquent les travaux de la future gare
Sur les mêmes thèmes       Luttes