Accueil > Reportage >

Les militants d’Extinction Rebellion délogés par la police devant le ministère de l’Écologie

13 octobre 2020 / Louis Witter et Laury-Anne Cholez (Reporterre)



Les militants d’Extinction Rebellion ont organisé ce mardi 13 octobre une série d’actions à Paris. L’objectif : occuper un lieu central dans la capitale — le ministère de la Transition écologique — et faire une marche lente pour dénoncer l’inaction du gouvernement face au dérèglement climatique et l’extinction de la biodiversité.

« Remettre le monde à l’endroit. » C’est le mantra de la nouvelle action d’Extinction Rebellion qui occupait depuis ce mardi 13 octobre 11 h l’esplanade devant le Ministère de la transition écologique, à Paris (6e). Ils espéraient tenir une occupation pendant trois jours. Reporterre a suivi leur action en direct.

REGARDER NOTRE REPORTAGE PHOTO EN DIAPORAMA :


Les forces de l’ordre cassent les blocs de béton à la masse
Les journalistes sont tenus à l’écart des militants
Le matériel saisi par les policiers

« Voilà bientôt trente ans qu’ils ratifient les uns après les autres des traités attestant de leur conscience de la menace existentielle qui pèsent sur l’humanité. Cependant, ils continuent sciemment et délibérément de promouvoir et soutenir le culte d’une croissance infinie de ce qui nous détruit ! Vous êtes complices et auteurs de ce qui est en passe de devenir le plus grand crime contre l’humanité. »
(...)
« Il est urgent d’opérer un changement radical à la mesure de ce qui est nécessaire : nous devons atteindre la neutralité carbone en 2025 et arrêter immédiatement la destruction des écosystèmes. »
(...)
« La moindre des choses aurait été d’appliquer immédiatement les propositions issue de la Convention citoyenne pour le climat. »
(...)
« Nous ne sommes pas les extrémistes, les extrémistes sont ceux qui défendent contre les faits scientifiques, le culte d’une croissance infinie. »
(...)
« Nous appelons à la création d’assemblées citoyennes chargées de décider
des mesures à mettre en place pour atteindre les objectifs garants de la survie de l’humanité. Nous appelons à des assemblées populaires sur tout le territoire pour construire un autre avenir. L’échec criminel de nos dirigeants nous l’a fait comprendre, l’avenir sera démocratique ou ne sera pas. Mais parce que chaque seconde compte, nous appelons les citoyens à agir maintenant ! »


Puisque vous êtes ici…

... nous avons une faveur à vous demander. La catastrophe environnementale s’accélère et s’aggrave, les citoyens sont de plus en plus concernés, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale dans l’information.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Le journal n’appartient à aucun milliardaire ou entreprise Reporterre est géré par une association à but non lucratif. Nous pensons que l’information ne doit pas être un levier d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre consultation, sans aucune restriction. Nous considérons que l’accès à information est essentiel à la compréhension du monde et de ses enjeux, et ne doit pas être dépendant des ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation. C’est pourquoi le journal n’affiche strictement aucune publicité. De même, sans publicité, nous ne nous soucions pas de l’opinion que pourrait avoir un annonceur de la teneur des informations publiées.

Pour ces raisons, Reporterre est un modèle rare dans le paysage médiatique. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre. Le journal est composé d’une équipe de journalistes professionnels, qui produisent quotidiennement des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable, indépendante et transparente sur ces enjeux est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : L’action d’Extinction Rebellion a eu lieu à Paris, au centre commercial Italie 2

Source : Louis Witter et Laury-Anne Cholez pour Reporterre

Photos : © Louis Witter/Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Extinction Rebellion



Sur les mêmes thèmes       Climat Luttes