Accueil > On en parle >

Les humains, et non les animaux, sont responsables de la crise sanitaire

17 octobre 2020 / Serge Morand



« Les hommes ont fini par créer les conditions d’émergence d’une nouvelle peste : le coronavirus. Et qui accusons-nous ? Les animaux sauvages ! » Dans « L’homme, la faune sauvage et la peste », l’écologue Serge Morand rappelle les responsabilités de notre civilisation dans la crise sanitaire.

Le témoignage percutant de Serge Morand, écologue de la santé, qui monte au front pour révéler les responsabilités de notre civilisation dans la crise sanitaire. Il propose, plutôt que d’accuser hypocritement des animaux sauvages de transmettre une peste moderne, de lutter enfin contre les fondements de la crise écologique, à l’origine de la transmission du coronavirus :

Voilà plus de vingt ans que, chercheur, écologue de la santé, je me bats pour que nous prenions conscience de former un tout avec la nature. La préserver, c’est préserver notre humanité, et notre santé. Voilà plus de vingt ans que je me heurte à des murs du côté des sphères politique et scientifique, toutes deux sourdes à mes alertes répétées contre les épidémies qui nous menacent.

J’ai voulu m’éloigner du monde occidental, pour retrouver l’authenticité d’une nature longtemps préservée en Asie du Sud-Est… Mais là encore, la modernité devenue folle m’a rattrapé !

Pour satisfaire nos marchés dévorateurs, ces pays se sont eux aussi lancés dans une course destructrice au productivisme, à la déforestation, aux pesticides.
Comme je le prédisais, les hommes ont fini par créer les conditions d’émergence d’une nouvelle peste : le coronavirus.

Et qui accusons-nous ? Les animaux sauvages ! La chauvesouris ! Le pangolin !
Mais qui a poussé la chauve-souris, réservoir de virus, à quitter sa forêt pour venir souiller nos productions agricoles et répandre la peste moderne ? Nous.

Il est temps d’en finir avec le massacre de la faune sauvage, et de renouer avec notre vraie nature. »






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Serpents, oiseaux, tortues : l’Europe doit cesser d’importer des animaux