Accueil > Editorial > Entretien >

Les grands entretiens de Reporterre : celles et ceux qui renouvellent la pensée écologiste

28 septembre 2019 / Camille Martin (Reporterre)



Reporterre a lancé une série d’entretiens de fond avec celles et ceux qui renouvellent la pensée écologique aujourd’hui. Parcours, analyse, action : comment voient-elles et comment voient-ils le monde d’aujourd’hui ? Avec Pablo Servigne, Jon Palais, Corinne Morel Darleux, Claire Nouvian, Pierre Rigaux, Jade Lindgaard, Juliette Rousseau, Alessandro Pignocchi…

Alessandro Pignocchi : « Il n’y a pas d’écologie sans lutte collective contre le monde de l’économie »


Juliette Rousseau : « Écolos, antiracistes, féministes… Nous devons nous lier ensemble contre le système »


Fatima Ouassak : « Dans les quartiers populaires, l’écologie semble réservée aux classes moyennes et supérieures blanches »


Jade Lindgaard : « Un journalisme de transformation sociale me paraît vital »


Pierre Rigaux : « L’être humain ne devrait pas être l’alpha et l’oméga de la réflexion sur l’avenir de la planète »


Claire Nouvian : « Il faut prendre le pouvoir pour le réinventer »


Corinne Morel Darleux : « Maintenant, il faut tout donner, tout tenter pour inverser le cours des choses »


Jon Palais : « L’enjeu est la transformation collective, pas la transformation individuelle »


Pablo Servigne : « Il faut élaborer une politique de l’effondrement »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Marie Astier, Hervé Kempf, Alexandre-Reza Kokabi, Lorène Lavocat et Émilie Massemin pour Reporterre

Photos : © Mathieu Génon/Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Culture et idées