Accueil > Editorial > Brèves >

Les députés refusent le maintien de l’huile de palme parmi les biocarburants

15 novembre 2019



 Vendredi 15 novembre 2019 - 22 h 30 - Vers 20h30, l’ensemble des groupes politiques ont pu discuter en commission des finances de l’amendement controversé. Malgré le soutien d’Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, qui a appelé au maintien de l’amendement dans la mesure où Total s’était engagé à utiliser "des matières premières sans impact sur la déforestation", le second vote a été sans appel. Par 58 voix contre 2, les députés ont écrasé leur vote de la veille. L’huile de palme sortira donc de la liste des biocarburants dès 2020.

 Source : La Chaîne parlementaire (LCP)


Les députés vont revoter sur le maintien de l’huile de palme parmi les biocarburants

 Vendredi 15 novembre 2019 - 14 h 30 - Face au tollé provoqué par l’adoption de l’amendement qui prolonge l’avantage fiscal accordé à l’huile de palme, plusieurs députés ont demandé ce matin une seconde délibération. La vice présidente du groupe LaREM, Bénédicte Peyrol, a dit qu’il s’agissait d’« une erreur à rattraper ». "Je crois que beaucoup de gens ont suivi le gouvernement sans bien savoir de quoi il s’agissait. Quand vous avez des centaines d’amendements à la suite, ce sont des choses qui peuvent arriver...", a expliqué sur LCI Laurent Saint-Martin (LaREM).

A 13h, le rapporteur général du budget, Joel Giraud, a proposé en commission des Finances une nouvelle délibération sur l’amendement. Cette décision a été adoptée à la majorité. Le Premier ministre Edouard Philippe s’est aussi prononcé pour une seconde délibération. La date n’a cependant pas été encore fixée.

 Complément d’info : La majorité compte rectifier le tir


Joie de Total, colère des écologistes : les députés maintiennent l’huile de palme parmi les biocarburants

 Vendredi 15 novembre 2019 - 09 h 30 - Les députés ont sauvé l’huile de palme. Dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances 2020, l’Assemblée Nationale vient d’adopter en catimini un amendement réintégrant l’huile de palme dans la liste des biocarburants. Fin 2018, les députés avaient en effet voté son exclusion de la liste des biocarburants exonérés de certaines taxes. Avant d’être définitivement adoptée, la mesure doit être examinée par le Sénat.

Pour Sylvain Angerand, coordinateur des campagnes pour Canopée et porte-parole des Amis de la Terre France : « Les députés de la majorité, avec la complicité du gouvernement, viennent de céder au lobbying éhonté de Total. »

Cette mesure permet à Total de conserver jusqu’en 2026 un régime fiscal favorable. Pour l’association écologiste, c’est « un cadeau fiscal évalué entre 70 et 80 millions d’euros » indispensable à Total pour assurer la viabilité de sa raffinerie de La Mède qui pourrait importer jusqu’à 550.000 tonnes d’huile de palme par an.

Sylvain Angerand appelle « les Sénateurs et les Sénatrices à rejeter cet amendement au nom de la défense de l’intérêt général » : « Brûler de l’huile de palme pour faire rouler les voitures est un scandale écologique et climatique. »

Sur Twitter, les réactions se multiplient, comme celle de Clément Sénéchal de Greenpeace, qui dénonce un amendement « honteux ».

Source : Reporterre ; communiqué des Amis de la Terre et La Provence.

Photo : Des activistes déployant une banderole sur une des cuves de la raffinerie Total La Mède © Greenpeace






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Greenpeace cible Total à La Mède contre l’importation d’huile de palme
Dans les mêmes dossiers       Forêts tropicales



Sur les mêmes thèmes       Politique