Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Climat

Les États s’engagent bien trop peu pour limiter le réchauffement, selon l’ONU

Dans un rapport publié mi-septembre, l’Organisation des Nations unies fait le point sur les engagements climatiques des 191 États signataires de l’Accord de Paris. Ils sont beaucoup trop faibles et nous conduiraient à un réchauffement de 2,7°C par rapport à l’ère pré-industrielle.

Malgré les engagements des États, les émissions de gaz à effet de serre ne diminuent pas. En 2015, l’Accord de Paris sur le climat a permis de mettre en place des « contributions déterminées au niveau national » (NDC), décrivant les efforts déployés par chaque pays pour réduire ses émissions nationales de façon à limiter le réchauffement mondial à 1,5 °C ou 2 °C en 2050 par rapport à la période préindustrielle.

Un récent rapport de l’ONU Climat paru le 17 septembre montre que, en date du 30 juillet 2021, l’ensemble des NDC des 191 parties ayant signé l’accord de Paris ne permet pas de diminuer les émissions. Pire, si l’on continue sur cette trajectoire, les émissions vont augmenter de 16 % d’ici à 2030 par rapport à 2010, conduisant à un réchauffement de l’atmosphère de 2,7 °C d’ici la fin du siècle. Ces prévisions sont fondées sur les derniers travaux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) publié le 9 aout 2021 : pour limiter l’augmentation de la température moyenne mondiale à 1,5 °C, il faut réduire les émissions de CO2 de 45 % en 2030. Pour limiter le réchauffement à 2 °C, une réduction de 25 % est nécessaire.

Les trois courbes bleues de ce graphique représentent les émissions de gaz à effet de serre nécessaires pour atteindre la neutralité carbone avant ou en 2060 (pour un scénario limité à 1,5 °C) et aux alentours de 2070 (pour un scénario limité à 2°C). La courbe jaune représente l’évolution future des gaz à effet de serre si aucun effort additionnel significatif n’est effectué par les pays ayant signé l’Accord de Paris. © Jérémy Delcourt/Reporterre

Ce rapport de synthèse de l’ONU Climat a été demandé par les parties de l’Accord de Paris pour évaluer les progrès réalisés avant la conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP26), qui se tiendra du 1er au 12 novembre à Glasgow, en Écosse.

« La lutte contre le changement climatique ne sera un succès que si tout le monde s’unit » 

Parmi les 191 parties, seulement 113 avaient mis à jour leur NDC au 30 juillet 2021. Ces 113 pays ne représentent que 49 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES). Parmi ceux qui n’ont pas encore soumis des NDC actualisés, la Chine, l’Inde, l’Arabie saoudite et la Turquie — pays qui ensemble représentent pourtant 33 % des gaz à effet de serre dans le monde. L’Australie et l’Indonésie ont quant à elles soumis des NDC actualisées, mais avec objectifs de réduction d’émissions inchangés par rapport à ceux proposés en 2015. Plus surprenant, le Brésil, le Mexique, et la Russie ont pour leur part soumis des plans qui autorisent… des hausses d’émissions. Quant au Japon et à la Corée du Sud, ils doivent soumettre de nouveaux objectifs plus stricts avant la COP26.

À ce jour, l’Argentine, le Canada, l’Union européenne, le Royaume-Uni et les États-Unis ont renforcé leurs objectifs de réduction d’émissions pour 2030. Avec une baisse des émissions de 68 % en 2030 par rapport à 1990, seules les NDC du Royaume-Uni sont considérées comme compatibles avec les exigences conduisant à une limite du réchauffement de 1,5 °C en 2050. Selon le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, « Si les nations riches ne s’engagent pas dès maintenant à lutter contre les émissions de CO2, le monde est sur la voie désastreuse d’un réchauffement de 2,7 degrés d’ici la fin du siècle » ».

Les effets de différents niveaux de réchauffement, selon l’ONU.

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale et quotidienne dans le traitement de l’actualité.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que l’information est un bien public, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Son accès ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire