Accueil > Editorial > Brèves >

Le virus pourrait aussi être propagé via les particules fines

24 mars 2020



Le coronavirus peut-il être transporté par la pollution ? Une étude publiée le 17 mars dans The New England Journal of Medecine indique que le virus pourrait rester accroché pendant environ trois heures sur des particules fines en suspension. Des particules « émises entre autres par les voitures, l’agriculture ou l’industrie », indique Vincent-Henri Peuch, directeur du service européen de surveillance atmosphérique Copernicus, dans le journal Libération du 24 mars. Le virus pourrait ainsi être transporté sur de longues distances.

« L’OMS et les universités avec lesquelles nous travaillons cherchent maintenant à savoir si le virus, dans sa phase active, peut survivre sur les particules en suspension, explique par ailleurs le directeur au quotidien. Et sur quelle durée. Cette hypothèse, si elle est confirmée, pourrait expliquer, en partie, la vitesse de propagation du Covid-19. Il est possible que cela dépende des conditions d’humidité et de température. »

Les scientifiques n’en sont pour l’instant qu’aux hypothèses. Mais si cela est confirmé, la propagation du virus pourrait être limitée par la réduction de « certaines sources spécifiques de pollution », précise encore le scientifique.






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.
Dans les mêmes dossiers       Coronavirus



Sur les mêmes thèmes       Pollutions