Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Reportage — Déchets nucléaires

Le projet de piscine radioactive à La Hague vivement contesté

Le projet d’EDF de construction d’un nouveau stockage en piscine de déchets nucléaires soulève une contestation inédite en Normandie. Un collectif contestataire vient de naître et sa première réunion publique a fait salle comble le 7 janvier.

Jobourg (Cotentin), reportage

Située à 200 mètres du centre de traitement des déchets radioactifs de La Hague, la modeste salle des fêtes de Jobourg a fait le plein vendredi 7 janvier, laissant même du monde à la porte. Si les conditions sanitaires limitant la capacité d’accueil y sont pour quelque chose, l’affluence de cette première réunion publique du collectif Piscine Nucléaire EDF Stop a étonné, dans un territoire où d’ordinaire les habitants contestent peu, voire pas, la question nucléaire. « Environ quatre-vingts personnes ont assisté à la réunion vendredi et près de soixante-dix le lendemain, dit Delphine Giraud, membre du collectif, qui habite dans une commune voisine. J’en suis très contente, je reprends espoir. Le collectif n’a été créé qu’il y a un mois, mais là je crois que les gens en ont assez ! »

La contestation est née des réunions publiques qui se sont tenues précédemment à Beaumont-Hague et aux Pieux, organisées par les décideurs du projet, qui ont par moments été houleuses. Des représentants d’EDF, de l’État, de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) y ont présenté le projet de piscine aux habitants en leur laissant l’impression que tout était acté, et que la concertation annoncée n’était qu’une façade à peine voilée.

Une piscine qui fait des vagues

Dans une région déjà ultra-nucléarisée, la contestation de la construction d’une nouvelle piscine EDF d’entreposage de combustibles usés sur le site d’Orano La Hague peut étonner. Elle traduit le ras-le-bol d’habitants voulant autre chose que du nucléaire pour leur région. « Pendant longtemps, La Hague était considérée comme la poubelle de la France et mes prédécesseurs ont réussi à rectifier cela, notamment avec le tourisme, explique Manuela Mahier, maire de La Hague. Malgré les discours de façade, en étudiant les documents souvent très techniques, on constate que le projet est établi et notamment que le choix du site a été effectué sans concertation. »

Vendredi, les membres du collectif, les habitants du secteur et même les élus partageaient le même sentiment : on leur impose ce chantier. D’abord pressenti à la centrale de Belleville-sur-Loire, comme l’avait révélé Reporterre, le projet de piscine a fait face à une mobilisation victorieuse dans le Cher et a donc été délocalisé à... La Hague.

Pourtant, le site normand sature déjà de déchets nucléaires et ses piscines de stockage de combustibles usés à Orano La Hague arrivent à saturation. Derrière le mot « piscine » se cache en fait un chantier énorme d’un coût de 1,5 milliard d’euros pour EDF : dix ans de travaux minimum pour une mise en service prévue en 2034, 6 500 tonnes de combustibles usés à entreposer, un bloc-usine de 200 mètres de long pour 100 mètres de large et 25 mètres de haut, entre 300 et 500 ouvriers sur le site, un trafic routier qui explosera pour les riverains et une dangerosité de la zone encore accrue. « Durant les réunions précédentes, certains arguments étaient presque comiques, explique un habitant de Jobourg. On nous a dit que ce chantier n’allait pas faire de bruit ou encore que les projecteurs lumineux allaient être inversés pour ne pas gêner les habitations. Ils nous prennent pour des cons. »

Fort de sa centaine de membres et de ce week-end réussi, le collectif continuera d’agir. Il a notamment décidé d’occuper les trois prochaines réunions de concertation, d’organiser une nouvelle réunion publique ou encore des veillées à domicile dans les villages voisins. En attendant d’autres actions plus spectaculaires ? « Nous espérons faire capoter le projet », conclut un autre riverain.

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale et quotidienne dans le traitement de l’actualité.

Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner