Journal indépendant, en accès libre, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Covid-19

Le pollen nous rendrait plus vulnérable au Covid-19

Les fortes concentrations de pollen dans l’air, avec l’arrivée du printemps, entraîneraient davantage de contaminations au Covid-19, selon une étude de chercheurs allemands.

Le pollen nous rendrait-il plus vulnérable au Covid-19 ? Alors que la saison des allergies commence avec le printemps, des scientifiques ont établi une corrélation entre les contaminations par le coronavirus et les concentrations de pollen dans l’air.

Partant du constat que les vagues épidémiques du printemps 2020 coïncidaient avec la saison des pollens, des chercheurs allemands se sont penchés sur les données de 130 stations de mesure des pollens dans l’air dans 31 pays. « Notre analyse nous a permis de révéler une corrélation positive robuste et significative entre les taux d’infection par le Sars-CoV-2 et les concentrations de pollen dans l’air », ont expliqué les scientifiques dans leur étude, publiée le 23 mars dans la revue scientifique PNAS.

Plus précisément, ils ont conclu que « le pollen, parfois en synergie avec l’humidité et la température », pourrait expliquer « en moyenne 44 % de la variabilité du taux d’infection ». Ainsi, une augmentation de cent particules de pollen par mètre cube entraînerait, quatre jours plus tard, un taux d’infection par le coronavirus supérieur de 4 %.

« L’exposition au pollen affaiblit l’immunité contre certains virus respiratoires »

Les personnes allergiques sont particulièrement concernées, car « leurs muqueuses sont déjà abîmées par la réaction allergique, et donc plus fragiles face aux infections », précise Isabella Annesi-Maesano, directrice de recherche à l’Inserm, jointe par Reporterre. Pour autant, les non allergiques seraient également plus vulnérables : « L’exposition au pollen en suspension dans l’air augmente la sensibilité aux infections virales respiratoires », ont ainsi rappelé les scientifiques. Autrement dit, « le pollen affaiblit nos défenses face aux virus », explique Isabella Annesi-Maesano, en se référant à une étude parue l’an dernier à ce sujet. En se déposant dans le nez, les pollens neutraliseraient certains gènes du système immunitaire. « On peut aussi imaginer que les pollens transportent le coronavirus », ajoute la chercheuse, qui espère que de nouveaux travaux scientifiques permettront de mieux comprendre ces phénomènes.

« Comme nous ne pouvons pas éviter complètement l’exposition au pollen, nous suggérons une large diffusion des informations sur la coexposition pollen-virus afin d’encourager les personnes à haut risque à porter des masques à filtre à particules lors des fortes concentrations de pollen au printemps », concluent les auteurs et autrices de l’étude.

La concentration de pollen de bouleau dans l’air le 12 avril 2021, estimée par Copernicus.

Dans cette optique, le service européen de météorologie Copernicus a développé des outils permettant de faire des prévisions des taux de pollen dans l’atmosphère. À l’instar des bulletins météo, il est ainsi possible de connaître, quatre jours à l’avance, quelles seront les concentrations de pollen de cinq des espèces les plus courantes, à savoir le bouleau, l’olivier, les graminées, l’ambroisie et l’aulne.

Au-delà du Covid-19, « ces informations peuvent permettre aux cent millions d’Européens sujets aux allergies de prendre leurs médicaments ou de limiter leurs activités de plein air lorsque le taux de pollen est particulièrement élevé », écrit le service Copernicus dans un communiqué.

En effet, 1 personne sur 4 souffre d’allergies liées au pollen libéré dans l’air. Le coût des traitements, combiné à la perte de jours de travail, est estimé à 150 milliards d’euros par an. Et ces chiffres ne cessent de croître : en vingt ans, le nombre d’allergies liées au pollen a triplé. Cette augmentation spectaculaire provient en grande partie du dérèglement climatique : les printemps précoces provoquent une augmentation des quantités de pollen tandis que certaines plantes allergisantes, comme l’ambroisie, étendent leur aire de répartition.

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale dans le traitement de l’actualité.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que s’informer est un droit essentiel, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Ce droit ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire