Accueil > Editorial > Enquête >

Le climatoscepticisme reste présent dans la classe politique

28 novembre 2019 / Alexandre-Reza Kokabi (Reporterre)



En France, hommes et femmes politiques ont accepté dans leur ensemble la réalité des changements climatiques, du moins à l’échelon national. Pourtant, les actions ambitieuses pour lutter contre cette menace font défaut, souvent par relativisme de l’urgence.

Cet article est l’un des quatre d’une enquête sur le climatoscepticisme en France conduite par le Jiec (Journalistes d’investigation sur l’écologie et le climat). L’article de synthèse est à retrouver ici, les articles complémentaires sont sur les sites des médias partenaires de Reporterre au sein du Jiec (Basta !, Mediapart, Politis). Vous pourrez en retrouver les liens sur le site du Jiec.


« Brrr brrr on se caille les miches ! Ceux qui dénoncent le réchauffement climatique sont désespérés », tweetait Jean-Marie Le Pen en février 2018. La météo était frisquette et le quasi nonagénaire, encore député européen et président d’honneur du Front national, en profitait pour mettre en doute la réalité du changement climatique. Cette phrase constitue l’un des rares relents de climatoscepticisme assumé, ces dernières années, sur la scène politique française.

Contrairement aux États-Unis, où la classe politique se polarise entre ceux qui nient le changement climatique — principalement les Républicains et le président Donald Trump — et ceux qui s’en emparent — les Démocrates —, les discours climatosceptiques se font discrets dans l’Hexagone.

« En Amérique du Nord et au Brésil, une grande partie des élus conservateurs refusent d’accepter la réalité du changement climatique et la responsabilité de l’Homme dans ce phénomène, observe Simon Persico, professeur de sciences politiques à Sciences Po Grenoble et au laboratoire Pacte. Ce déni leur permet de défendre un modèle extractiviste et productiviste sans se cacher. » En France, estime-t-il, « la question climatique est trop prégnante pour être niée, la position climatosceptique est en fort déclin dans la population. C’est devenu un enjeu consensuel. Il est intenable de dire que le changement climatique n’existe pas. » Selon le rapport 2018 de l’Ademe (l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) sur les représentations sociales du changement climatique, 71 % des Français pensent que le réchauffement de la planète est causé par les activités humaines, contre 65 % en 2010.

À l’échelle régionale, des climatosceptiques décomplexés subsistent 

Même à l’extrême droite de l’échiquier politique, « une majorité est consciente du changement climatique et évolue plutôt dans la mouvance de la collapsologie », dit Stéphane François, historien des idées et politologue.

Y compris au Rassemblement national. Pendant la campagne des élections européennes de 2019, Jordan Bardella affirmait que les deux priorités de la génération à laquelle il appartient sont la crise migratoire et la crise environnementale, en faisant référence au « réchauffement climatique ». Il estimait que « le meilleur allié de l’écologie, c’est la frontière ».

« Le Rassemblement national [RN] n’a en réalité que peu de considérations écologiques, mais il s’empare de ces questions pour proposer des solutions autoritaires et démagogiques qui permettront à son électorat de continuer de vivre de la même façon, en cherchant évidemment des boucs émissaires, analyse Stéphane François. Les élus RN préfèrent mettre en place des frontières hermétiques pour faire en sorte que les réfugiés climatiques restent au dehors du pays, plutôt que d’agir globalement sur les causes du changement climatique. »

À l’échelle régionale, des climatosceptiques décomplexés subsistent cependant. Corinne Morel-Darleux, conseillère écosocialiste d’Auvergne-Rhône-Alpes (Aura), se dit « toujours confrontée à des discours climatosceptiques assumés », notamment de la part d’élus Rassemblement national (RN) et Les Républicains (LR).

Lors d’une assemblée plénière du Conseil régional Aura les 19 et 20 décembre 2018, après avoir déclaré qu’« il n’y a eu aucune augmentation de la température mondiale depuis 1998 », le conseiller régional Bruno Desies (RN) a considéré que « l’argument du changement climatique » était « donc nul et non avenu ». Les mesures de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) lui donnent tort. À l’échelle mondiale, les quatre dernières années (2015, 2016, 2017, 2018) ont même été les plus chaudes jamais enregistrées.

Au cours de la même assemblée, son collègue Olivier Amos (RN), a estimé que ce « serait une bonne idée de faire venir des scientifiques, des vrais, c’est-à-dire des personnes qui en viennent aux faits, aux éléments tangibles, pour savoir ce qu’il en est de ce réchauffement climatique ». Il proposait, en conséquence, d’inviter des signataires de l’Oregon Petition. Cette pétition climatosceptique exhortait le gouvernement des États-Unis à rejeter le protocole de Kyoto de 1997. Elle comptait 31.000 signataires… et seuls 39 d’entre eux travaillaient dans les sciences du climat.

Verbatim de l’assemblée plénière du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes, les 19 et 20 décembre 2018.
Voir les pages 108, 119 et 120

Le 4 octobre dernier, lors d’une commission du conseil régional Aura, le conseiller spécial du président Laurent Wauquiez (LR) sur les montagnes, Gilles Chabert, « a fait remarquer que les prévisionnistes météo sont incapables de savoir si la neige va tomber dans un mois, mais anticipent ce qui se passera dans 30 ans », se remémore Corinne Morel-Darleux, dont le témoignage est corroboré par le compte-rendu de cette réunion, auquel Reporterre a eu accès. « Ces comportements climatosceptiques assumés restent périphériques à l’échelle nationale, dit-elle, mais ils existent encore et infusent les politiques menées par la région : soutien à l’A45, au Center Parcs de Roybon, au [projet de ligne ferroviaire] Lyon-Turin, aux chasseurs, aux canons à neige… »

« Dans le fond, tout le monde est contre le réchauffement climatique mais, là où se nichent des positions vraiment différentes, c’est sur la mise en œuvre d’actions » 

À l’Assemblée nationale, au Sénat ou au gouvernement, en revanche, « les climatosceptiques “à l’ancienne” ne sont plus le cœur du problème, pas les principaux freins à l’action aujourd’hui », dit Matthieu Orphelin, député de la 1re circonscription du Maine-et-Loire et engagé dans le collectif Accélérons.

« Nous n’avons pas affaire à un déni total des données scientifiques qui font consensus », constate Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres et présidente de Génération écologie. Le changement climatique devenant de plus en plus palpable pour la population française, « il est devenu très incorrect de tenir ce genre de propos », affirme Ronan Dantec, sénateur écologiste de la Loire-Atlantique.

Le déni ne porte plus sur l’existence du changement climatique ni même sur la responsabilité humaine dans ce phénomène. Le déni a muté, et réside désormais dans « la magnitude des conséquences de l’accélération en cours, sur le peu de temps qu’il reste pour agir », dit Delphine Batho.

« Par rapport à un Claude Allègre qui expliquait que tout ce que racontaient les écolos était des fariboles, nous faisons plutôt face à une sorte de confusionnisme, de relativisme, selon Julien Bayou, conseiller régional d’Île-de-France et porte-parole d’Europe Écologie-Les Verts. Tout cela nous écarte des climatosceptiques à proprement parler, mais concourt de la même logique : ne pas agir. »

Ronan Dantec observe, lui, « une évolution du climatoscepticisme vers un climato-égoïsme : on justifie de ne rien faire non pas parce qu’on nie le dérèglement climatique, mais parce que l’on considère qu’il est plus important de maintenir ses intérêts immédiats ». Le sénateur de Loire-Atlantique évoque le cas « des élus pétroliers » de Seine-et-Marne, opposés en 2017 à la loi « Hulot » sur les hydrocarbures. L’adoption de cette loi a mis un terme à l’octroi de nouveaux permis de recherche en France et a déclenché une cessation progressive de l’exploitation des gisements d’ici 2040. Une partie de ces gisements se trouvent justement en Seine-et-Marne.

« Dans le fond, tout le monde est contre le réchauffement climatique mais, là où se nichent des positions vraiment différentes, c’est sur la mise en œuvre d’actions, dit le politologue Simon Persico. Pour certains, la lutte contre le changement climatique n’est pas une priorité par rapport à l’emploi ou à la croissance économique. La plupart des travaux s’accordent à dire que le découplage entre croissance du PIB et croissance des émissions est impossible. Davantage de croissance économique, c’est davantage d’émissions. Tout dépend d’où vous placez le curseur du compromis entre les deux : du côté d’une lutte radicale contre le changement climatique ? Ou d’une défense farouche du développement économique ? »

« Il existe aussi une forme de climatofatalisme », poursuit Ronan Dantec, lequel consisterait « à ne pas faire des efforts, puisque les Chinois et d’autres dans le monde ne le feront pas ». C’est ainsi que, lors du passage de la loi Energie-Climat à l’Assemblée nationale, le député du Vaucluse Julien Aubert (LR) relativisait la contribution de la France dans les émissions de gaz à effet de serre mondiales et défendait l’industrie nucléaire : « Nous devons regarder d’où nous partons. La France émet 4,38 tonnes de CO2 par habitant quand le Canada et les États-Unis en émettent 15 ou l’Australie 16. La Chine s’en sort à 6,57 tonnes de CO2 par habitant, mais elle est responsable de 28 % des émissions mondiales. Il faut regarder les effets de masse. La France peut être comparée à un individu qui pèse 60 kilos, auquel le médecin conseille de faire un régime, alors qu’elle se trouve à côté de trois géants — la Chine, les États-Unis et l’Inde — qui pèsent trois tonnes à eux trois. On ne maigrit pas de la même manière selon le poids d’origine. Dans notre pays, l’électricité est déjà largement décarbonée. La transition énergétique, oui ; la trahison énergétique, non ! »

« La vraie question aujourd’hui, c’est plutôt l’incohérence entre le discours officiel des gouvernants et les politiques énergétiques et climatiques qu’ils mettent en place » 

L’élu du Vaucluse a également fait parler de lui, en juillet dernier, avant la rencontre entre Greta Thunberg et une centaine de députés français. L’adolescente suédoise, l’une des figures de la lutte contre le changement climatique, avait exhorté les élus français à « écouter les scientifiques ». Julien Aubert avait alors qualifié l’adolescente suédoise de « prophétesse en culottes courtes » et de « prix Nobel de la peur », tandis que ses camarades Guillaume Larrivé (LR) et Valérie Boyer (LR) la traitaient de « gourou apocalyptique » et de « jeune activiste totalement sous emprise ».

« Les sceptiques n’ont pas renoncé, écrivait alors Stéphane Foucart, journaliste au Monde, dans sa chronique intitulée « Climat : les habits neufs du scepticisme ». Ce ne sont plus des arguments qui sont attaqués, mais les personnalités qui incarnent et qui portent la mobilisation contre le réchauffement. »

Pour Matthieu Orphelin, chef d’orchestre de la rencontre entre la jeune activiste et les députés, « s’attaquer à la figure de Greta Thunberg était une manière pour eux de ne pas parler du vrai sujet : le manque d’une action à la hauteur des enjeux climatiques ».

Une action politique « à la hauteur des enjeux climatiques » : c’est justement ce que l’État français n’est pas parvenu, pour le moment, à mettre en œuvre. Si la plupart de ses élus reconnaissent l’existence du changement climatique, la France accuse un retard croissant sur les objectifs qu’elle s’est fixés, comme le montrent le premier rapport du Haut Conseil pour le climat et le suivi de la stratégie nationale bas carbone.

« On trouvera toujours des climatosceptiques en cherchant un peu, mais ils ne sont pas au pouvoir, dit Sylvestre Huet, journaliste auteur du blog Sciences² et de plusieurs ouvrages sur le changement climatique et le climatoscepticisme. La vraie question aujourd’hui, c’est plutôt l’incohérence entre le discours officiel des gouvernants, qui disent “le Giec a raison”, et les politiques énergétiques et climatiques qu’ils mettent en place. Emmanuel Macron est un technocrate : il ne veut pas dire de bêtises et, par conséquent, il n’a nommé que des bons experts dans ce Haut Conseil. Résultat des courses, il a créé une structure censée le conseiller pour sa politique climatique et, que lui renvoie-t-elle dans les dents pour son premier rapport ? Que sa politique est très mauvaise. »

Emmanuel Macron et le gouvernement d’Édouard Philippe « ne sont pas climato-obscurantistes, ils ne sont pas dans le déni du réchauffement climatique », dit Delphine Batho. Pour la présidente de Génération écologie, le gouvernement est, en revanche, « conservateur » : « Il considère que l’amélioration de la condition des gens passe par l’augmentation de la production et de la consommation. Il est dans la négation des limites planétaires. Il refuse de regarder les causes de l’effondrement de la biodiversité et de l’accélération du changement climatique. L’intérêt de ces gens-là est de protéger le modèle de civilisation actuel et la croyance que la croissance économique peut pourvoir à notre bien-être. »

Pendant ce temps, les courbes de concentration du CO2 dans l’atmosphère s’envolent, le climat se détraque, et les manifestations du dérèglement se font toujours plus palpables.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Le climatoscepticisme n’est pas mort

Source : Alexandre-Reza Kokabi pour Reporterre

Dessin © Sanaga/Reporterre

Dans les mêmes dossiers       COP25



Sur les mêmes thèmes       Climat Politique