Accueil > Editorial > Brèves >

La justice annule le permis de recherche de la mine de Salau

1er juillet 2019



La société Variscan va devoir patienter avant de commencer ses travaux de recherches sur la mine de Salau (Ariège). Saisi par trois associations (Couflens-Salau Demain, Le comité écologique ariégeois » et Henri Pézerat) opposées à ce projet soutenu par la municipalité de Couflens, le Tribunal administratif de Toulouse a annulé samedi 29 juin l’arrêté du 21 octobre 2016 du secrétaire d’État à l’industrie auprès du ministre de l’économie et des finances accordant à la société Variscan un permis exclusif de recherches de mines de tungstène, étain, bismuth, molybdène, zinc, plomb, cuivre, or, argent et substances connexes (notamment niobium et tantale) dit « Permis Couflens » dans le département de l’Ariège.

La justice estime que la société Variscan n’a pas la capacité financière pour mener à bien ce projet : « La société Variscan Mines s’est engagée dans le dossier de demande de permis exclusif de recherches à consacrer un montant de 25 millions d’euros pour les travaux d’exploration, le tribunal constate que la société Variscan Mines, dont l’actif s’élevait à la clôture de l’exercice 2014 à 2,05 millions d’euros, ne disposait pas, à la date de l’arrêté attaqué, des capacités financières propres pour mener à bien ces travaux », peut-on lire dans le jugement.

Une décision vécue comme une victoire par les associations mobilisées depuis trois ans contre la révouverture de cette mine fermée en 1986 : « Nous sommes ravis, confirme Jean-Paul Arseguet, président de l’association Couflens-Salau Demain. Cette décision va dans le bon sens car cela bloque le projet de réouverture mais maintenant nous attendons la suite... » Car en octobre 2018, le tribunal administratif de Toulouse a donné une première fois raison aux opposants en suspendant l’autorisation préfectorale accordée à la société Variscan Mines pour mettre le site en sécurité. Une décision contrée par un nouvel arrêté de la préfecture de l’Ariège le 11 avril dernier...






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : En Ariège, le projet de mine de Salau conduit à un paradis fiscal
Dans les mêmes dossiers       Mines et Gaz de schiste