Accueil > Editorial > Brèves >

La guerre du soja entre Chine et Etats-Unis accroit la déforestation de l’Amazonie

4 avril 2019



La hausse réciproque des tarifs douaniers entre les États-Unis et la Chine conduit celle-ci à importer toujours plus de soja brésilien, pour assouvir sa demande de viande, selon une recherche publiée dans Nature.

En 2018, les États-Unis ont accru les tarifs douaniers sur les produits made in China, conduisant celle-ci à en faire autant sur les produits étasuniens. Résultat : les achats chinois de soja étasunien ont chuté de moitié entre 2017 et 2018. Dans le même temps, 75 % des importations chinoises de soja étaient d’origine brésilienne, révélant une substitution totale du soja étasunien par le brésilien.

La conséquence en sera une déforestation accrue de l’Amazonie, selon Richard Fuchs, de l’Institut de recherche météorologique et climatique de Karlsruhe (Allemagne), et ses collègues. En 2016, la Chine avait acheté 37,6 millions de tonnes de soja aux Etats-Unis. Pour en faire autant, le Brésil devrait accroître de 39 % la surface agricole dédiée au soja devra, soit 13 millions d’hectares additionnels — une surface comparable à celle de la Grèce.

Selon les chercheurs, la bataille pour l’Amazonie semble perdue d’avance, sauf si les États-Unis et la Chine décident d’exclure le soja de leur chantage respectif. Sans cela, la Chine devra augmenter sa production de soja, diversifier ses importations, et, peut-être, envisager de nouveaux modes de consommation, moins chargés en viande.






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Dans le Brésil de Bolsonaro, indigènes et écologistes payent le prix du sang
Dans les mêmes dossiers       Forêts tropicales Chine



Sur les mêmes thèmes       Économie