Accueil > Info >

La gauche et les écologistes unis contre la réforme des retraites

3 décembre 2019 / Hervé Kempf et Ingrid Bailleul (Reporterre)



Écologistes politiques et partis de gauche affichent leur unité en soutien à la mobilisation lancée le 5 décembre. Ils esquissent une contre-réforme écologiste, et prennent leurs marques pour la suite. L’enjeu de fond : élaborer une alternative écologiste et sociale au duopole Macron-Le Pen.

Les partis de gauche - sauf le Parti socialiste - et EELV affichent leur unité pour soutenir la mobilisation lancée jeudi 5 décembre contre la réforme des retraites projetée par le gouvernement d’Edouard Philippe. Après avoir publié une tribune commune, leurs représentants ont présenté leur analyse lors d’une conférence de presse à Paris lundi 2 décembre. EELV, le Parti de gauche, le PCF, Génération.s, le NPA, Ensemble, Nouvelle Donne, et Clémentine Autain pour La France insoumise ont expliqué le sens de l’opposition commune aux projets gouvernementaux.

Sur le fond, a rappelé Gérard Filoche (Gauche démocratique et sociale), « l’objectif du gouvernement est la suppression des cotisations sociales, pour qu’il y ait un seul budget dirigé par l’Etat. » En ce qui concerne la retraite, « on a une vie heureuse, en bonne santé, entre 60 et 65 ans. Ils veulent nous enlever les meilleures années de la vie ». De son côté, Clémentine Autain (députée France insoumise, membre d’Ensemble) a souligné que la réforme allait toucher durement les femmes : « Le système qu’ils veulent va frapper les gens qui ont des carrière incomplètes, donc d’abord les femmes ».

Olivier Besancenot : « La question de la répartition des richesses est au coeur du problème ».

Plusieurs formations présentes ont donné une lecture écologiste de la question des retraites. Pour Claire Monod, de Génération.s, « le principe de la réforme est productiviste. Le projet se fixe une enveloppe maximale de 14 % du PIB. Ce qui signifie que pour éviter la baisse des pensions, dans une situation où le nombre de retraités va augmenter, la seule solution serait d’augmenter le PIB, et de tout faire reposer sur la croissance. C’est antinomique avec une politique pour le climat, pour l’écologie ». Anne Hessel, de Nouvelle Donne, a renchéri : « Il faut un système écologique et solidaire : réorganiser le travail, travailler moins pour travailler tous, ce qui permettra de cotiser tous ». Quant à Olivier Besancenot, du NPA, il a rappelé que « c’est une fausse idée qu’il n’y aurait plus d’argent. La question de la répartition des richesses est au coeur du problème ».

Clémentine Autain : {« Nous avons la responsabilité d’ouvrir une perspective écologique et de justice sociale, afin de sortir du duopole Macron-Le Pen ».

Les partis présents ont aussi mis l’accent sur leur rôle. Pour Clémentine Autain, « il y a de nombreuses mobilisations dans le monde, mais la perspective politique fait défaut. Nous avons la responsabilité de faire perdre le gouvernement, mais en ouvrant une perspective écologique et de justice sociale, afin de sortir du duopole Macron-Le Pen qu’on veut nous imposer ».

Alain Coulombel : « EELV s’engage dans cette démarche collective ».

Pour cela, l’union est essentielle : « Il s’agit de construire une force de gauche capable de prendre le pouvoir », a dit Anne Hessel, « et aucun de nous ne peut prétendre y arriver seul, il faut le faire ensemble ». Nouveau porte-parole d’EELV, Alain Coulombel a annoncé que les écologistes ne comptaient pas faire cavalier seul : « On n’est aujourd’hui qu’au début d’une démarche collective. EELV s’engage dans cette démarche ».

Il reste que la bataille ne fait que commencer. Pour Olivier Besancenot, du NPA (Nouveau parti anticapitaliste), « le 5 décembre ne sera pas un jeudi noir, mais un jeudi haut en couleurs. C’est le début d’un mouvement, et il faudra le temps qu’il faut jusqu’au retrait. »


Puisque vous êtes ici…

... nous avons une faveur à vous demander. La catastrophe environnementale s’accélère et s’aggrave, les citoyens sont de plus en plus concernés, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale dans l’information.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Le journal n’appartient à aucun milliardaire ou entreprise Reporterre est géré par une association à but non lucratif. Nous pensons que l’information ne doit pas être un levier d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre consultation, sans aucune restriction. Nous considérons que l’accès à information est essentiel à la compréhension du monde et de ses enjeux, et ne doit pas être dépendant des ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation. C’est pourquoi le journal n’affiche strictement aucune publicité. De même, sans publicité, nous ne nous soucions pas de l’opinion que pourrait avoir un annonceur de la teneur des informations publiées.

Pour ces raisons, Reporterre est un modèle rare dans le paysage médiatique. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre. Le journal est composé d’une équipe de journalistes professionnels, qui produisent quotidiennement des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable, indépendante et transparente sur ces enjeux est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Défendre les retraites et le modèle social, c’est défendre l’écologie

Source : Hervé Kempf pour Reporterre

Photos : © Ingrid Bailleul/Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Retraites



Sur les mêmes thèmes       Luttes Politique