Accueil > Editorial > On en parle >

La dignité du présent contre le naufrage généralisé

25 juin 2019 / Corinne Morel Darleux



Corinne Morel Darleux, chroniqueuse à Reporterre, propose, dans « Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce », un choix radical : refuser de parvenir et instaurer la dignité du présent pour endiguer le naufrage généralisé.

Notre société déborde de trop-plein, obscène et obèse, sous le regard de ceux qui crèvent de faim. Elle est en train de s’effondrer sous son propre poids. Elle croule sous les tonnes de plaisirs manufacturés, les conteneurs chargés à ras bord, la lourde indifférence de foules télévisées et le béton des monuments aux morts. Et les derricks continuent à pomper, les banques à investir dans le pétrole, le gaz, le charbon. Le capital continue à chercher davantage de rentabilité. Le système productiviste à exploiter main-d’œuvre humaine et écosystèmes dans le même mouvement ravageur. Comment diable nous est venue l’idée d’aller puiser du pétrole sous terre pour le rejeter sous forme de plastique dans des océans qui en sont désormais confits ? D’assécher les sols qui pouvaient nous nourrir, pour alimenter nos voitures en carburant ? De couper les forêts qui nous faisaient respirer pour y planter de quoi remplir des pots de pâte à tartiner ? »

Dans cet essai philosophique et littéraire rédigé à la première personne, la militante écosocialiste Corinne Morel Darleux questionne notre quotidien en convoquant le navigateur Bernard Moitessier, les lucioles de Pasolini ou Les Racines du ciel de Romain Gary. Elle propose un choix radical : refuser de parvenir et instaurer la dignité du présent pour endiguer le naufrage généralisé.







Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Corinne Morel Darleux : « Maintenant, il faut tout donner, tout tenter pour inverser le cours des choses »