Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Énergie

La France ne financera pas l’immense usine de gaz de Total en Arctique

Des doutes subsistaient mais l’information a été confirmée mercredi 1er décembre : non, la France ne financera pas l’usine de gaz naturel liquéfié en Arctique russe. Ce projet gigantesque, détenu notamment par Novatek (une société russe productrice de gaz naturel) et TotalEnergies (à hauteur de 21,6 %), a obtenu le 30 novembre des aides de près de dix milliards d’euros.

Quatre milliards et demi d’euros seront fournis par les banques russes, deux milliards et demi par des banques chinoises. Encore deux milliards et demi d’euros seront prêtés par des institutions financières de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

En septembre 2020, le journal Le Monde avait révélé que le ministère de l’Économie pourrait soutenir ce projet en se portant garant, via BPIFrance (la banque publique d’investissement), à hauteur de 700 millions d’euros. Mais Bercy a confirmé par mail à l’association Les Amis de la terre, le 1er décembre, que la France ne donnera pas un sou.

« Mettons également fin à toute aide publique à Total »

« Le retrait de la France d’un tel projet est un signal fort, analyse Anna-Lena Renaud, chargée de campagne aux Amis de la Terre, dans un communiqué. Emmanuel Macron admet indirectement que continuer à extraire du gaz est problématique pour le climat et la biodiversité. Ce faisant, il désavoue sa propre politique adoptée en 2020 qui permet à la banque publique d’investissement de soutenir des projets d’exploitation gazière jusqu’en 2035. » Selon l’Agence internationale de l’énergie, plus aucun investissement ne doit aller à de nouveaux projets d’hydrocarbures, y compris le gaz fossile.

« La France doit cesser tout financement de projets fossiles à l’étranger, avec ou sans capture de carbone, a réagi l’eurodéputée écologiste Marie Toussaint dans un communiqué. Plus de grand discours creux, il faut des actes forts. Mettons également fin à toute aide publique à Total et imposons à la firme française la plus pollueuse le respect des droits humains et de l’Accord de Paris. »

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale et quotidienne dans le traitement de l’actualité.

Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner