Accueil > Brèves >

La Commission européenne propose de réduire de 55 % en 2030 les émissions de gaz à effet de serre

17 septembre 2020



Dans son discours sur l’état de l’Union prononcé mercredi 16 septembre, la présidente de la Commission européenne a proposé de porter l’objectif européen de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour 2030 de 40 à 55 % (par rapport à 1990). « Notre analyse d’impact montre clairement que la réalisation de cet objectif mettrait résolument l’UE sur la voie de la neutralité climatique d’ici à 2050 et du respect de ses obligations découlant de l’Accord de Paris », a indiqué Ursula von der Leyen devant les eurodéputés.

« Nous pouvons le faire. Nous avons déjà montré que nous en étions capables. Alors que les émissions ont chuté de 25 % depuis 1990, notre économie a crû de plus de 60 % », a expliqué la présidente de l’exécutif européen. Cette dernière a mis en avant le Fonds pour une transition juste permettant de soutenir les régions qui auront à subir les changements les plus importants et les plus coûteux. Mme von der Leyen a annoncé la révision d’ici l’été prochain de la législation sur le climat et l’énergie à l’aune de ce nouvel objectif. « Nous améliorerons l’échange de droits d’émission, promouvrons l’utilisation des énergies renouvelables, améliorerons l’efficacité énergétique et réformerons la fiscalité sur l’énergie », a-t-elle expliqué.

« Aujourd’hui, le débat porte sur le fait de savoir si on va faire -55 % ou -60 % ! », s’est félicité Pascal Canfin, président de la commission Environnement du Parlement européen au micro de France Inter. Le 11 septembre, les membres de cette commission avaient voté pour rendre obligatoire la neutralité climatique d’ici 2050 et fixer une réduction des émissions de 60 % en 2030.

La réaction est beaucoup moins enthousiaste du côté de Greenpeace France : « La baisse de 55 % (…) n’a aucune pertinence scientifique. Pour contenir la hausse des températures à 1,5 °C d’ici la fin du siècle, il faudrait atteindre une baisse d’au moins 65 %, d’après les dernières données disponibles », selon Clément Sénéchal, chargé de campagne climat de l’ONG.

La proposition de la Commission marque le début d’un débat entre les chefs d’État, explique Benjamin Jullien, de la Fondation européenne pour le climat : « Les dirigeants européens en débattront mi-octobre en vue d’un accord d’ici la fin de l’année. Celui-ci sera intégré dans la loi climat de l’UE, puis repris dans la contribution de l’UE déterminée au niveau national (“NDC”) qui sera soumise à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques avant la fin de l’année. »






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Le budget européen sabre le climat et la santé
Dans les mêmes dossiers       Europe



Sur les mêmes thèmes       Climat