Accueil > Editorial > Brèves >

L214 dénonce la production de foie gras, une « pure cruauté »

11 décembre 2019



Mercredi 11 décembre, L214 a rendu publiques des images filmées par un lanceur d’alerte au sein du Domaine de la Peyrouse, en Dordogne. Rattaché au lycée agricole de Périgueux, le domaine produit du foie gras — récompensé par une médaille d’or au Concours général agricole de 2019 — et sert également de centre de formation et d’expérimentation pour la filière.

Les images montrent notamment des milliers de canetons jetés vivants dans les poubelles du couvoir. L214 a porté plainte pour délit d’abandon et délit de mauvais traitement envers les animaux.

L214 a signalé la situation aux services vétérinaires de la Dordogne, qui ont mené une inspection. François Héraut, directeur du domaine de la Pérouse, a précisé au Monde que l’exploitation s’est équipée, à la suite de l’inspection vétérinaire, d’un outil de broyage. « Nous sommes une petite unité et jusqu’à présent, nous procédions par étouffement dans des sacs-poubelles. Nous avons conscience que cette pratique était d’un autre temps. Nous n’étions pas complètement dans les règles. »

Pour Sébastien Arsac, porte-parole de L214 : « Depuis le couvoir, et l’agonie des canetons femelles, jusqu’à l’abattoir, en passant par le gavage à la pompe pneumatique, ce n’est que pure cruauté de la naissance à la mort des canards. »

Le gavage est interdit dans la plupart des pays de l’Union européenne à l’exception de cinq pays (France, Espagne, Hongrie, Bulgarie et une partie de la Belgique). Chaque année en France, qui produit 75 % du foie gras mondial, 45 millions de canetons naissent pour le foie gras : environ 90 % d’entre eux seront ensuite enfermés en cage de batterie, où pendant 10 à 15 jours, ils seront gavés.

L214 livre plus de détails dans son communiqué :

Le fonctionnement du foie est perturbé, les canards ont du mal à réguler la température de leur corps et développent une maladie appelée stéatose hépatique. Leur foie hypertrophié atteindra jusqu’à 10 fois son volume normal, rendant leur respiration difficile et leurs déplacements pénibles. »






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : La grippe aviaire ne tarira pas le foie gras, mais menace l’élevage fermier
Dans les mêmes dossiers       Animaux



Sur les mêmes thèmes       Agriculture