Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Inondations

L’ouragan Ida révèle les fragilités de la côte Est des États-Unis

Des dizaines de morts, des milliers de sinistrés et une situation amenée à se reproduire de plus en plus fréquemment. L’ouragan Ida, comme Katrina il y a seize ans, est un signal de plus que les villes de l’Est américain doivent être repensées pour faire face aux catastrophes climatiques.


Montréal, correspondance

Onze jours. C’est le temps qu’aura tenu le record horaire de précipitations tombées à New York. Les près de 80 millimètres d’eau accumulés en soixante minutes dans la métropole (plus de 18 cm en douze heures) mercredi soir 1ᵉʳ septembre ont balayé les 49 mm atteints par la tempête tropicale Henri le 21 août dernier. Dans le New Jersey, le chef du comté de Bergen County, James Tedesco, dit faire face à une dévastation presque totale. Après la Louisiane, Ida a frappé fort la côte Est, mortellement même, touchant particulièrement les plus pauvres. À New York, au moins huit personnes qui vivaient dans des sous-sols ou dans des caves converties en appartements, taudis souvent loués aux nouveaux arrivants au pays, n’ont pu échapper à l’inondation de leur logement. Une fois les flots retirés et les dégâts constatés, il faut fuir ou aller chercher de l’aide. Pendant ce temps, en Louisiane, les habitants, frappés plus tôt cette semaine, faisaient la file des heures vendredi 3 septembre pour obtenir de l’essence dans le peu de stations où il en reste. Encore 800 000 foyers de l’État n’avaient pas l’électricité et ils pourraient encore attendre plusieurs semaines dans certains endroits avant de retrouver le courant, selon les autorités.

« Mère nature fait ce qu’elle veut »

New York et le New Jersey comptent le plus de victimes de l’ouragan (au moins 33 sur les 48 d’après les derniers décomptes. Dès mardi, le National Weather Service avait pourtant sonné l’alarme. Une des zones les plus chaudes, c’était la Grosse Pomme. Le New York Times s’interroge donc en lettres capitales : « Les avertissements étaient terribles. Pourquoi New York n’a-t-elle pas pu être protégée ? » La gouverneure de l’État, Kathy Hochul, citée dans le quotidien, essuie les critiques pour ne pas avoir déclaré l’état d’urgence avant jeudi, alors que les inondations étaient déjà là. « Nous ne pouvions pas savoir que nous serions dans la même situation vulnérable [qu’en Louisiane et dans le Mississipi], avec des morts et des maisons détruites », et ajoute : « Mère nature fait ce qu’elle veut. » Elle estime que la population a été bien avertie par textos de ces inondations, mais que les messages auraient pu être traduits en davantage de langues et qu’elles n’ont visiblement pas atteint les « populations vulnérables ».

Après le passage de l’ouragan Ida, le 2 septembre 2021, à Woodbridge (New Jersey). Edwin J. Torres/ NJ Governor’s Office).

Le directeur du Northeast Regional Climate Center de l’université de Cornell a expliqué au New York Times que les intenses inondations de mercredi soir sont le résultat de plusieurs tempêtes qui se sont suivies, une à une, ont interagi entre elles, et que personne n’aurait pu prédire qu’elles engendrent un tel déluge.

Les ravages d’Ida mettront longtemps à s’effacer, mais il faut déjà guetter la prochaine grosse perturbation. Les météorologues américains voient approcher Larry, devenu un ouragan de catégorie 2 vendredi après-midi, avec des vents qui dépassent les 160 kilomètres à l’heure. Le National Hurricane Center prévoit que l’ouragan « qui deviendra majeur dans un jour ou deux », pourrait reprendre des forces dans les jours qui viennent, pour dépasser les 220 kilomètres à l’heure durant le week-end et remonter vers les Bermudes la semaine prochaine. Il devrait cependant s’affaiblir à l’approche du littoral américain et surtout causer de fortes houles, d’après le NHC.

Reconstruire les infrastructures en fonction des événements extrêmes

Joe Biden, le président des États-Unis, est venu observer vendredi les ravages qu’Ida a causés en Louisiane. À la paroisse St.John the Baptist, à Laplace, en banlieue de la Nouvelle-Orléans, il a apporté son soutien aux sinistrés et ouvert la voie à des propositions de lois pour des infrastructures plus solides face aux changements climatiques. « Les choses ont changé de façon si radicale en termes d’environnement. Nous avons déjà franchi certains seuils. Nous ne pouvons pas reconstruire des routes, des autoroutes, des ponts, quoi que ce soit comme avant. Nous devons reconstruire en fonction de la situation actuelle, de ce qui est nécessaire maintenant […] Et je sais que les dirigeants des entreprises d’énergie le comprennent très bien. »

Joe Biden joue gros dans l’après-Ida. En pente douce dans les sondages d’opinion (de 53 % d’approbation en juin à 46 % début septembre), le retrait des dernières troupes en Afghanistan l’a fait glisser plus abruptement. Il espère qu’Ida viendra sensibiliser le Congrès, pour lui faire accepter son projet de loi sur les infrastructures, qui doit être étudié cet automne. Le texte prévoit notamment d’améliorer les capacités des villes à se défendre face aux inondations et aux feux de forêt. Le vote du budget, qui inclut une épaisse enveloppe consacrée à la réduction des gaz à effet de serre, va dans le même sens.

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale et quotidienne dans le traitement de l’actualité.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que l’information est un bien public, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Son accès ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire