Accueil > Brèves >

L’étrange appétit d’Amazon pour les militaires

19 novembre 2020 / Francis Correa (Reporterre)



La firme drague de plus en plus les « anciens militaires ou ceux encore en activité qui cherchent du travail dans le secteur privé », arguant que « les militaires sont une ressource importante sur le plan du business pour identifier les leaders de l’avenir. »

Début octobre, le magazine Vice révélait qu’Amazon avait partagé deux offres d’emploi pour des postes d’« analystes en renseignement ». Le but ? Surveiller d’éventuelles « menaces envers la compagnie venant d’organisations syndicales » ainsi que les « leaders politiques hostiles ». La firme serait-elle repartie à l’attaque ? Ou, du moins, serait-elle toujours intéressée par le personnel ayant des aptitudes, disons, offensives et un passé dans les forces armées ?

C’est ce qui découle des dernières publications d’offres d’emploi de managers, leaders et autres cadres. La firme drague de plus en plus les « anciens militaires ou ceux encore en activité qui cherchent du travail dans le secteur privé ». Un décompte non exhaustif mené par Reporterre sur les sites de recherche d’emploi Indeed et Jobijoba et sur celui de l’entreprise montre que, depuis le 22 septembre, Amazon France a affiché au moins onze offres d’emploi où « une cellule de recrutement spécialisée sur les profils ’ militaires’ est disponible pour discuter des opportunités au sein des différentes chaines de conduite et planification des opérations au sein d’Amazon ».

Une offre d’emploi d’Amazon, le 18 novembre 2020.

Dans ses offres, la firme souligne :

« Les militaires sont une ressource importante sur le plan du business pour identifier les leaders de l’avenir. »

Elle recherche des officiers et des sous-officiers en nombre apparemment illimité, ainsi qu’au moins un haut-gradé.

Parmi ses exigences, Amazon demande aux candidats, outre un diplôme du supérieur et la maîtrise de l’anglais, d’avoir « au moins cinq ans comme gérant des organismes militaires d’au moins 45 personnes » pour le premier type de postes, et d’au moins 300 pour le haut-gradé.

Amazon poursuit, en France, des opérations d’essaimage de militaires européens

Pour quoi faire ? Devenir « responsable d’équipe logistique » ou « directeur d’opérations », sachant « proposer, former, motiver et convaincre ». Garde-à-vous !

Sous le tag #eumilitaryhiring (recrutement militaire dans l’Union européenne), Amazon poursuit ainsi, en France, des opérations d’essaimage de militaires européens. En Pologne ou en Espagne, elles ont démarré dès 2018, et incluent, pour ce dernier, des cadres du Centre national du renseignement — le service de renseignement et de contre-espionnage du pays.

Sachez qu’« en soumettant votre candidature à Amazon, vous autorisez celle-ci à enregistrer vos données personnelles dans sa base de données mondiale de recrutement. Ces données pourront aussi être utilisées et transférées, autant que nécessaire ».

Dans la version précédente des annonces #eumilitaryhiring en France, la firme était plus claire : « En soumettant votre CV, vous autorisez l’entité de recrutement du groupe Amazon à stocker vos données personnelles dans la base de données électronique gérée par Amazon Corporate LLC. aux États-Unis. »

Jeff Bezos lui-même a signifié l’intérêt qu’il portait aux officiers de l’armée : « Nous recherchons activement des dirigeants capables d’inventer, de voir grand, d’avoir un parti pris pour l’action et de fournir des résultats au nom de nos clients. Ces principes semblent très familiers aux hommes et aux femmes qui ont servi notre pays dans les forces armées, et nous estimons que leur expérience de la direction de personnes est inestimable dans notre environnement de travail au rythme rapide ».






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Dans les mêmes dossiers       Armée Emploi et travail Amazon