Accueil > Editorial > Info >

L’effondrement de l’URSS et de son agriculture industrielle a été bénéfique pour le climat

9 novembre 2019 / Alexandre Gabert (Reporterre)



La chute du système soviétique a eu des bénéfices sur le climat en réduisant durablement les émissions de gaz à effet de serre, mais au prix d’une crise économique dramatique, expliquent deux études scientifiques récentes. Ces travaux permettent de mettre en perspective la manière d’affronter le dérèglement climatique.

Il y a trente ans, le 9 novembre 1989, le mur de Berlin s’effondrait, et l’économie soviétique avec lui. La perestroïka, série de réformes lancées en 1985 par le président russe Gorbatchev, avait échoué. Deux ans plus tard, l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) se disloquait, et les différents pays membres proclamaient un à un leur indépendance, laissant Gorbatchev président d’un ensemble vide. L’agriculture collective des kolkhozes, dépendante des subventions gouvernementales, et de réseaux d’approvisionnement et de distribution qui se démembraient, s’écroula. 55 millions d’hectares cultivés furent progressivement abandonnés.

Trois décennies plus tard, cette période est toujours un objet de recherches, et pas seulement pour les historiens. Deux études publiées indépendamment cet été dans la revue Environmental Research Letters (Schierhorn et al, Zipper et al) ont montré les effets positifs sur l’environnement de cette transformation brutale de l’agriculture.

« La réduction de la production de viande, et en particulier de bœuf, a conduit à une baisse significative de gaz à effets de serre » 

L’équipe de Florian Schierhorn, du Leibniz Institute of Agricultural Development in Transition Economies, a révélé une baisse drastique des émissions de gaz à effet de serre (GES) provenant de l’élevage à partir de 1991 et jusqu’en 2011. Avec un total de 7,6 milliards de tonnes équivalent CO2, cette baisse correspond à un quart des émissions dues à la déforestation en Amazonie sur la même période. Selon le chercheur, interrogé par Reporterre, cette étude est « la première qui combine l’impact de la séquestration carbone liée à l’abandon des terres, et les changements dans la consommation. Nous avons vérifié que la réduction de la production de viande, et en particulier de bœuf, a conduit à une baisse significative de gaz à effets de serre ». Il explique : « Le système était largement subventionné. Après l’effondrement, le prix du bœuf a explosé, les gens se sont tournés vers la consommation de porc, de volaille, mais ont aussi remplacé la viande par du blé et des légumes. Les potagers sont devenus de plus en plus populaires. » L’étude prend en compte toutes les sources d’émission de GES, dont l’importation de viande.

Silos à grains du village de Turtino, près de Souzdal, à 200 km au nord-est de Moscou, en 2012.

Interrogé par Reporterre, l’historien Marc Élie, chercheur au Centre d’études des mondes russe, caucasien & centre-européen (Cercec), partage l’analyse de l’étude de Florian Schierhorn : « Dans les années 1990, il y a eu une chute de l’élevage. Les gens ont donc ont abattu les bêtes pour les consommer ou les vendre et ils n’ont pas renouvelé les cheptels. » Il ajoute : « La chute des émissions de gaz à effet de serre dans les pays de l’ex-URSS est un phénomène bien connu : c’est pour cela que la Russie insistait pour prendre 1990 comme année de référence à Rio, lors du Sommet de la Terre, en 1992. Sans rien faire de particulier, la Russie apparaissait comme le meilleur élève climatique, puisque 1990 était la dernière année avant l’effondrement. »

« Choisir plus intelligemment là où l’on cultive, pour avoir à irriguer le moins possible » 

Outre le stockage du carbone dans le sol, l’abandon de la culture des terres aurait entraîné une humidité plus importante dans l’air, atténuant ainsi les fortes chaleurs. C’est la conclusion de l’étude de Samuel Zipper et Jessica Keune. Ils ont simulé la vague de chaleur de 2003 en Europe, en comparant l’utilisation des terres avant et après effondrement. « Par rapport à d’autres études, nous avons examiné un scénario réel d’abandon des terres. D’autre part, en général, les modèles climatiques s’intéressent à des périmètres plus grands, parce que l’effet sur le climat est plus difficile à voir à des petits périmètres », explique à Reporterre Jessica Keune. Ici, la simulation montre au niveau local l’influence de l’arrêt des cultures, qui a rendu moins extrêmes les températures estivales. « L’essentiel du changement provient de l’herbe qui a poussé sur les anciennes cultures, bien que ce résultat provienne d’un mélange de différentes évolutions sur une grande surface. » La chercheuse explique le lien de son étude avec celle de Florian Schierhorn : « Du fait de l’effondrement, on a eu moins d’émissions de GES, et une transpiration plus importante. Combiner ces deux éléments conduirait à penser que les vagues de chaleur et sécheresses pourraient être bien pires si les surfaces redevenaient aussi cultivées que durant la période soviétique. »

Pour Marc Élie, la cause principale de l’arrêt des cultures est une question de rentabilité économique : « On a réduit les surfaces par manque de moyens de les exploiter. Pour ne pas affamer la population, le gouvernement a mené une politique sur les prix agricoles pour les maintenir très bas. Pour tout le reste, les prix ont explosé. Le carburant était très cher. » Il ajoute : « À la période soviétique, de nombreuses surfaces étaient exploitées de manière inutile, ce n’était plus rentable. Certaines avaient des rendements très faibles, mais restaient mises en culture pour des raisons idéologiques. À tout prix, il fallait que les surfaces soient conservées. »

Une installation soviétique de transformation du grain à la ferme de Novoaleksandrovo, à Souzdal, au nord-est de Moscou, en 2012.

Quels enseignements écologiques tirer de la période post-soviétique ? Jessica Keune ne prône pas la réduction des cultures : « Il s’agirait plutôt de choisir plus intelligemment là où l’on cultive, pour avoir à irriguer le moins possible. Dans certaines régions, pomper de l’eau fait baisser les nappes phréatiques, et crée un risque de manque d’eau potable, comme cela est déjà arrivé en Inde. » Par contre, l’arrêt de la déforestation est nécessaire : « Les forêts tropicales sont très importantes pour le climat, en matière de vapeur d’eau. L’afforestation pourrait aider à s’adapter au réchauffement climatique, et créer des puits de carbone. » Les recherches de Florian Schierhorn doivent, selon lui, nous pousser à produire moins de viande. « On peut discuter du fait que, sur les terres non adaptées à la culture, il est intéressant de produire de la viande en petite quantité. Mais notre système de production intensif est une des causes du changement climatique, et le méthane en est l’une des contributions les plus importantes. »

 « Dans les questions écologiques : il est rare que les choses soient simples et limpides »

Une crise économique comme celle qu’a connue la Russie est-elle donc souhaitable ? Selon Florian Schierhorn, « il y a eu des points positifs pour l’écologie, pas seulement les émissions de GES. D’autres études montrent des bénéfices sur la biodiversité, par exemple ». Cependant, la population ne s’est pas simplement passée de viande : « La mortalité a augmenté. C’était loin d’être un système alimentaire sain. En 1998, la Russie a même reçu des aides alimentaires de l’Occident. » Il ajoute : « Une crise économique pourra avoir des conséquences bénéfiques pour l’environnement, mais les gens en souffriront de manière inégale, parce que les riches pourront toujours prendre l’avion, manger de la viande, etc. »

Pour Marc Élie, cet épisode historique peut nous donner des pistes, mais le juger uniquement via le critère du CO2 serait réducteur : « Cela met sous le tapis plein d’autres questions : la qualité de l’environnement passe aussi par la sécurité des centrales nucléaires et la qualité de l’air urbain, entre autres. Prenez Moscou : c’est une ville où la très forte croissance de l’automobile a fait que l’atmosphère s’est dégradée parallèlement à l’effondrement. » Il conclut : « Dans les questions écologiques : il est rare que les choses soient simples et limpides. Il faut savoir à quel prix la séquestration carbone se fait. En URSS, cela s’est produit avec une paupérisation de la population dans les zones rurales, une hausse de la criminalité et une baisse de l’espérance de vie. Est-ce qu’on peut faire de la séquestration carbone sans avoir en parallèle ces phénomènes sociopolitiques très négatifs, telle est la question. Je pense que oui, mais : à quels coûts, qui paye, qui va en souffrir, qui va en bénéficier ? Ce sont des questions politiques très importantes. »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : La jeune Russie soviétique était écologiste... puis Staline vint

Source : Alexandre Gabert pour Reporterre

Photos :
. chapô : Ruines d’une installation soviétique de transformation des céréales à la ferme de Koutoukovo, à Souzdal, au nord-est de Moscou, en 2012. Flickr (carlsbaffe/CC BY 2.0)
. silos : Flickr (carlsbaffe/CC BY 2.0)
. ferme : Flickr (carlsbaffe/CC BY 2.0)

Sur les mêmes thèmes       Climat Agriculture Culture et idées International