Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Libertés

L’État veut acheter 170.000 nouvelles munitions de LBD

Le ministère de l’Intérieur a publié un appel d’offres pour « la fourniture de munitions cinétiques de défense unique (MDU) de calibre 40 [millimètres (mm)] au profit des forces de la sécurité intérieure », vendredi 12 mars 2021. Son « appel à la concurrence », ouvert jusqu’au 22 avril, concerne 160.000 munitions de défense unique, et 10.000 « munitions de défense marquante visible ».

Les munitions de calibre 40 mm sont utilisées pour les lanceurs de balles de défense (LBD). Généralisé pour le maintien de l’ordre en France dans les années 2000, ce lanceur est pourtant classé comme « arme de guerre » dans la réglementation internationale. Le Conseil de l’Europe a demandé à la France d’en suspendre l’usage

Plusieurs des précédents appels d’offres pour des munitions de LBD avaient été remportés par la société française Alsetex, leader européen des produits de maintien de l’ordre installé à Précigné dans la Sarthe. Les LBD, eux, sont traditionnellement fabriqués par la société suisse Brügger & Thomet.

Entre 2018 et 2019, durant le mouvement social des Gilets jaunes, une soixantaine de personnes ont été grièvement blessées par ces lanceurs, dont les munitions peuvent atteindre 360 km/h. Plus de dix d’entre elles ont perdu un œil.

Les dégâts infligés par ces lanceurs sont régulièrement pointés du doigt par des professionnels de santé. En 2019, Laurent Thines, neurochirurgien au CHU de Besançon, avait lancé une pétition qui avait recueilli plus de 180.000 signatures.



L’appel d’offres du ministère de l’Intérieur :

Pour aller plus loin : L’État veut maintenir l’ordre avec des LBD à munitions marquantes

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale et quotidienne dans le traitement de l’actualité.

Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner