Accueil > Enquête >

L’Éducation nationale a-t-elle distribué des masques toxiques aux enseignants ?

13 octobre 2020 / Maxime Carsel (Reporterre)



L’Éducation nationale a fourni cinq masques en tissu de la marque Dim à chaque enseignant au moment de la rentrée scolaire. Or, ces masques sont traités à la zéolithe d’argent, un biocide considéré comme toxique pour la santé humaine et l’environnement.

Pour lire le second volet de l’enquête de Reporterre sur les masques traités à la zéolithe d’argent et de cuivre — « Masques toxiques ? Le principe de précaution impose le retrait » — cliquez-ici.

L’enquête de Reporterre, publiée mardi matin (voir ci-dessous), a suscité de nombreuses réactions :


Le 8 septembre dernier, Emmanuel Macron prenait le micro devant les étudiants d’un lycée professionnel de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) dans le cadre de « L’égalité des chances ». Derrière son masque, il déroulait son texte quand, soudain, ce fut le drame : « Pardon je m’étrangle », toussa-t-il. Il tenta de reprendre son discours, mais sa voix tangua et la quinte de toux revint : « Donnez-moi un masque peut-être plus léger. Je vais mettre un masque plus léger parce que j’ai dû absorber un truc du masque. »

Le masque qui a failli étouffer M. Macron était un de ceux distribués au corps enseignant par l’Éducation nationale pour la rentrée scolaire. Une manne pour la marque Dim qui les fabrique. L’entreprise Dim, née en France en 1953, a été une filiale du fonds d’investissement étasunien Sun Capital Partners — qui possède Playtex et Wonderbra — entre 2005 et 2014. Elle est depuis une filiale de la société étasunienne HanesBrands. Le fonds de pension BlackRock possède 2,66 % de HanesBrands. Les masques sont par ailleurs fabriqués en Roumanie, selon l’étiquette de ceux que Reporterre s’est procurés.

Dim ne cache pas — c’est écrit sur l’emballage, voir photo ci-dessous — que ses masques ne sont « ni un dispositif médical au sens du règlement (UE) 2017/745 (masques chirurgicaux), ni un équipement de protection individuelle au sens du règlement (UE) 2016/425 (masques filtrants de type FFP2) ». Malgré tout ils gardent leur utilité si les gestes barrière sont respectés scrupuleusement. Or, dans une école maternelle, les gestes barrière sont impossibles à tenir. « Le protocole sanitaire change tout le temps, il est de plus en plus allégé. Le brassage des élèves est de nouveau autorisé depuis jeudi 8 octobre, par exemple », affirme Chloé, professeur des écoles à Paris. Pourtant, les établissements scolaires sont parmi les premiers foyers épidémiques du pays. D’après Santé publique France, 35,9 % des 1.001 foyers épidémiques en cours d’investigation étaient localisés en milieu scolaire au lundi 28 septembre [1].

« Dans le cas présent, les zéolithes sont traitées avec un sel d’argent, afin de leur conférer une propriété biocide »

Par ailleurs, les masques en tissu n’ont pas été distribués en nombre suffisant dans les écoles. « Nous avons seulement cinq masques par personne de ce type pour toute l’année scolaire », indique Chloé. « Comme il est écrit que nous devons les porter quatre heures maximum, cela devrait faire neuf masques par semaine minimum (car les élèves ont encore classe le mercredi matin à Paris). » De plus, les masques doivent être lavés trente fois maximum. En deux mois, ils ne sont donc officiellement plus viables.

Au-delà de leur rareté et de leur efficacité toute relative, c’est une molécule qui agite les esprits des plus rétifs. Claire, professeur des écoles en Île-de-France, explique non sans sarcasme : « Comme j’aime bien les masques, j’ai remarqué que ceux-ci sont faits de tissus traités à la zéolithe d’argent et de cuivre. Curieuse de cette nouveauté, je me suis renseignée et je me suis aperçue que ces atomes ne sont pas très sains pour l’environnement. » Sur les paquets d’emballage, il est en effet indiqué « traité au zeolite d’argent et de cuivre, et au zeolite d’argent ». Pierre Bauduin, chercheur en physique chimie à l’université de Montpellier, nous donne une définition des zéolithes : « Les zéolithes sont des structures minérales d’origine naturelle ou artificielle, synthétisées par l’homme, permettant de capter et piéger des molécules dans leur structure. Parmi les exemples les plus connus, les litières pour chat en contiennent. Dans le cas présent, les zéolithes sont traitées avec un sel d’argent afin de leur conférer une propriété biocide et ainsi augmenter la durée d’utilisation des masques. »

Étiquette des masques DIM en tissu fournis aux enseignants.

Mais la présence de cet argent intrigue. Nous avons contacté par courriel l’entreprise Dim, qui a d’abord expliqué qu’il n’y avait rien d’écrit sur son site internet et terminé par « Nous pouvons donc en conclure à une absence [de zéolithe d’argent] sur nos masques ». Après l’envoi d’une photo du paquet d’emballage au service client, ce dernier est revenu sur ses propos et a assumé le fait que les masques sont bel et bien traités à la zéolithe d’argent et de cuivre, précisant qu’il « ne s’agit pas de nanoparticules mais d’un traitement antimicrobien appliqué sur le tissu », c’est-à-dire sous forme d’argent ionique.

Quels effets pour la santé alors ? « Le risque de porter ces masques n’est pas inexistant, explique à Reporterre une chercheuse spécialiste en nanotechnologies à The University de Aveiro, au Portugal [2]. Les ions argents sont en général plus toxiques que les équivalents nanoparticules d’argent métallique. Par ailleurs, on a ici un haut niveau d’exposition, très “intime” avec une durée de contact et d’inhalation longue (8 heures quotidiennes) et chronique (quasi tous les jours de la semaine). »

« Des superbactéries (résistantes à la plupart des antibiotiques) pourraient être créées en cas de mauvaise utilisation excessive »

Une étude de l’Université de Rouen menée en 2012 indique que « lorsque l’argent ionique est appliqué sur une lésion corporelle sous forme de crème ou de pansements, il se lie à la sueur, au sébum et aux protéines présentes. Il peut ensuite passer dans la circulation sanguine, ce qui se traduit par une augmentation de la concentration en argent dans le sérum. Selon certains auteurs, il est alors excrété dans les urines en deux à cinq jours, alors que d’autres chercheurs ont montré une bio-accumulation de granules métalliques dans différents organes : le foie, les reins, l’intestin, les glandes surrénales et, dans de rares cas, la moelle épinière ».

Le Comité des produits biocides de l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) a de son côté publié en 2018 une analyse à ce propos estimant que la zéolite d’argent est « susceptible de nuire à la reproduction », [3] et qu’elle est également « très toxique pour les organismes aquatiques, entraîne des effets néfastes à long terme ».

Car, au-delà des dangers potentiels sur le corps humain, les particules d’argent sont aussi néfastes pour l’environnement. On estime que 60 % des particules d’argent ont été libérées après dix lavages de masques. Cet été, trois organisations belges de textile ont tiré le signal d’alarme sur la présence d’ions d’argent dans les 15 millions de masques distribués en Belgique par la marque Avrox [4]. Ils dénoncent le fait que « des superbactéries (résistantes à la plupart des antibiotiques) pourraient être créées en cas de mauvaise utilisation excessive », et que « les stations d’épuration risquent de ne plus fonctionner », car les biocides ne font pas la distinction entre les bonnes et les mauvaises bactéries. Le ministère de la Défense belge a rétorqué que « la technique utilisée, mieux connue sous le nom de traitement antimicrobien Silvadur 930 ou traitement au nitrate d’argent, est une technologie reconnue, bien documentée, parfaitement sûre pour la santé et très répandue. » Pourtant le problème demeure : le nitrate d’argent est dangereux en cas de durée prolongée sur la peau et néfaste pour l’environnement. En France, une entreprise vient de breveter une technique à base d’ions d’argent qui élimine le virus en une heure à peine. Mais, là encore, rien n’informe les utilisateurs sur la brochure d’une quelconque dangerosité des particules d’argent.

En attendant, dans nos écoles, plusieurs enseignants ont déjà refusé de porter le masque Dim. « Notre inspectrice nous a dit qu’il n’était de toute façon pas efficace et qu’il fallait qu’on prenne des masques chirurgicaux », dit l’une d’entre elles.


Puisque vous êtes ici…

... nous avons une faveur à vous demander. La catastrophe environnementale s’accélère et s’aggrave, les citoyens sont de plus en plus concernés, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale dans l’information.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Le journal n’appartient à aucun milliardaire ou entreprise Reporterre est géré par une association à but non lucratif. Nous pensons que l’information ne doit pas être un levier d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre consultation, sans aucune restriction. Nous considérons que l’accès à information est essentiel à la compréhension du monde et de ses enjeux, et ne doit pas être dépendant des ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation. C’est pourquoi le journal n’affiche strictement aucune publicité. De même, sans publicité, nous ne nous soucions pas de l’opinion que pourrait avoir un annonceur de la teneur des informations publiées.

Pour ces raisons, Reporterre est un modèle rare dans le paysage médiatique. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre. Le journal est composé d’une équipe de journalistes professionnels, qui produisent quotidiennement des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable, indépendante et transparente sur ces enjeux est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.


[1Ils représentaient alors 19,5 % des 2.830 foyers identifiés, en deuxième position après les entreprises privées et publiques, hors établissements de santé.

[2Elle a demandé l’anonymat après la parution de cet article, nous indiquant maintenir ses déclarations et son point de vue.

[3Comme le souligne le Huffington Post, le rapport de l’ECHA pointe des effets potentiels sur la reproduction, et non la fertilité comme l’avait initialement écrit Reporterre. Plus précisément, des impacts sur le développement de foetus d’animaux ont été observés, et il est soupçonné mais pas démontré que le zéolite d’argent pourrait impacter le foetus humain : “There is no substance-specific data available for reproductive toxicity. Due to the structural similarity with silver zinc zeolite and taking into account developmental effects observed with other silver salts that do not contain zinc, it is reasonable to assume that silver zeolite also fulfils criteria for classification Repr. 2 ; H361d (suspected of damaging the unborn child), as concluded for silver zinc zeolite.”

[4La société Avrox, décrite comme « mystérieuse » par la RTBF a réagi en attaquant en justice.


Lire aussi : Réouverture des écoles : les mesures préconisées sont « inhumaines »

Source : Maxime Carsel pour Reporterre

Photos :
. chapô : le 1er septembre, jour de la rentrée 2020, dans l’est de la France. © Frederick Florin/AFP

Dans les mêmes dossiers       Covid-19



Sur les mêmes thèmes       Santé