Accueil > Editorial > Brèves >

L’Anses annonce le retrait de 36 produits à base de glyphosate

9 décembre 2019



Lundi 9 décembre, l’Anses, l’Agence nationale de sécurité sanitaire, a annoncé le retrait des autorisations de mise sur le marché de 36 produits à base de glyphosate et le refus d’autoriser 4 nouveaux produits, « les données fournies par les industriels ne permettant pas de statuer sur leur éventuelle génotoxicité ». « Ces produits représentaient en 2018 près des trois quarts des tonnages de produits à base de glyphosate vendus en France, pour des usages agricoles et non agricoles », a précisé l’Agence. Ces produits ne pourront plus être utilisés à partir de la fin 2020.

À la suite à la réapprobation pour cinq ans de la substance active par l’Union européenne en 2017, l’Anses a procédé au réexamen des autorisations de mise sur le marché des produits à base de glyphosate commercialisés en France.

Pour commercialiser leurs herbicides, les industries chimiques doivent en effet obtenir des autorisations de mise sur le marché, délivrées par l’Anses. Or, les critères pour autoriser un produit à base de glyphosate ont été durcis en 2017 au niveau européen, « avec davantage d’exigences impliquant la fourniture de données supplémentaires concernant les risques pour la santé et l’environnement, notamment en matière de génotoxicité de l’ensemble des composants des produits à base de glyphosate », a expliqué l’Anses. Certains produits n’ont donc pas passés la nouvelle barre.

Actuellement, 69 produits à base de glyphosate sont disponibles sur le marché en France et ont fait l’objet d’une demande de renouvellement de leur autorisation. Par décision de l’Anses, 36 de ces produits vont être retirés du marché et ne pourront plus être utilisés à compter de fin 2020, en raison de l’insuffisance ou de l’absence de données scientifiques permettant d’écarter tout risque génotoxique. L’Agence doit examiner d’autres dossiers, d’ici la fin 2020.

« Générations futures se réjouit de ces premières décisions de retrait d’autorisation de mise sur le marché. Elles confirment que l’innocuité des herbicides à base de glyphosate… est un mythe », a déclaré François Veillerette, directeur de Générations futures, dans un communiqué.






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.
Dans les mêmes dossiers       Pesticides