Accueil > Editorial > Reportage >

L’« Affaire tournesol », une insurrection biologique contre les nouveaux OGM

6 juin 2019 / Lorène Lavocat (Reporterre)



Dans l’Hérault, les semenciers démultiplient des tournesols devenus résistants aux herbicides. En lançant « l’Affaire tournesol », des militants locaux tentent, en disséminant des graines biologiques, de « contrecarrer » la production de ces OGM d’un nouveau genre, qui croissent dans une faille de la législation européenne.

Il y a foule ce samedi 1er juin dans les rues de Lodève. C’est jour de marché, et les étals débordent de fruits et légumes ensoleillés. Sous un grand parasol, Antoine vend radis, fraises et salades fraîchement cueillies. À ses côtés, Jean-Claude distribue des petits sachets colorés aux clients. « Ce sont des graines de tournesol bio, que vous pouvez semer près de chez vous, pour contrecarrer la production de nouveaux OGM », explique-t-il aux curieux.

L’idée est simple : une fois fleuris, les plants bio attirent abeilles et bourdons, qui transportent ensuite les pollens butinés vers d’autres tournesols, dont certains sont des « variétés rendues tolérantes aux herbicides » (abrégées en VrTH). Autrement dit, des plantes dont les gènes ont muté sous l’effet de l’exposition à un pesticide [1]. Ainsi pollinisés par les gamètes des tournesols bio, ces OGM donneront des graines en partie « contaminées » (par les fleurs bio), qui ne pourront plus être vendues par les semenciers, car leur ADN sera considéré comme « impur ».

Antoine et Jean-Claude.

L’opération, dénommée « l’Affaire tournesol » — un clin d’œil à une bédé de Tintin — a débuté au début du mois de mai dans l’Hérault. « Le département est une zone de production de semences de tournesol », explique Antoine, membre du collectif à l’origine de l’action. Des entreprises semencières, RAGT ou Syngenta, passent des contrats avec des agriculteurs-multiplicateurs [2], qui cultivent ces fleurs herbicides pour en récolter les graines, ensuite contrôlées et vendues comme semences « tolérantes aux herbicides ». RAGT commercialise ainsi deux variétés de tournesol sous la marque Clearfield, une « technologie » brevetée par le géant agrochimique BASF.

« On détruit tout, ça donne envie de pleurer » 

Combien de surfaces sont-elles concernées ? « Impossible à savoir, il n’y a pas de chiffres, pas d’information, c’est très opaque », regrette le maraîcher. Contactée, RAGT nous a envoyé vers l’Union française des semenciers (UFS), l’organisation de ces professionnels, indiquant que « face à ces actions [de semis de plants bio], les semenciers souhaitent parler d’une seule voix ». L’UFS n’a pas pu nous répondre dans les délais impartis.

Au niveau national, un tiers des tournesols cultivés, soit 160.000 ha, seraient des variétés mutantes. « Ce sont des éponges à herbicides, résume Antoine. Les semences sont enrobées de fongicide [le metalaxyl-M] et génétiquement modifiées pour “résister” à un herbicide [l’imazamox], qui peut ensuite être pulvérisé sur le champ, tuant toutes les autres herbes, sauf le tournesol. Et de conclure, amer : C’est quand même particulier comme mode de culture. »

Sur le marché de Lodève.

Cette agriculture « particulière », Christophe Maraval en a fait les frais. Apiculteur, il vit à la Tour-sur-Orb, à proximité d’un champ de tournesol VrTH. « Nous avons perdu plus des deux tiers des colonies d’abeilles, raconte-t-il, dépité. Après deux années désastreuses, nous avons dû bouger les ruches, plus loin, c’est moins pratique, mais on ne peut pas faire autrement. » Il a bien essayé de discuter avec son voisin agriculteur et avec l’entreprise semencière, en vain : « Ils nous disent que ça ne peut pas être eux, c’est un dialogue de sourd », soupire-t-il. Lui est pourtant convaincu : ses abeilles « rapportent du pollen empoisonné, qu’elles donnent à manger aux larves, ce qui les tue ». Et les ruches implantées ailleurs se portent mieux, produisant un miel onctueux que l’apiculteur vend sur le marché de Lodève.

Notice du semis de graines de tournesol.

« On détruit tout, ça donne envie de pleurer », lâche une passante en piochant un sachet de graines sur la table d’Antoine. Elle emporte également quelques jeunes plants de tournesol, qu’elle installera dans son jardin. « Pour que la contamination marche, il faut que les tournesols bio soient semés à moins de 3 km d’un champ VrTH. C’est grosso modo la distance que parcourent les insectes pollinisateurs, précise le paysan. Mais, comme on ne sait pas exactement où se trouvent les champs, on distribue auprès d’un maximum de personnes. » En quatre semaines, 11 kg de graines ont été distribuées sur les marchés du département, à Clermont-l’Hérault, Sète, Ganges, Béziers, Gignac ou Bédarieux. Sera-ce suffisant pour « contrecarrer » les plantes VrTH ? Peut-être pas, mais ces « semeurs volontaires » espèrent mobiliser la population : « On cherche à disséminer l’information, car beaucoup de personnes ne savent pas qu’on cultive actuellement des OGM en France », affirme Jean-Claude, par ailleurs faucheur volontaire et membre du collectif des semeurs du Lodévois-Larzac.

Transgenèse et « nouvelles techniques de modification génétique »

Car, officiellement, aucun OGM n’est cultivé en France. Enfin, aucun OGM obtenu par transgenèse, c’est-à-dire par l’introduction d’un gène étranger dans le génome d’une espèce végétale. Sauf que depuis quelques années se développent tous azimuts les « nouvelles techniques de modification génétique » (New Breeding Techniques, NBT), dont la mutagenèse. Les organismes créés par ces dernières techniques sont-ils OGM ou pas ? Il existait un flou juridique quant à leur statut, jusqu’au 25 juillet dernier. La Cour de justice de l’Union européenne a alors décidé que ces techniques tombaient bien sous le coup de la directive 2001/18, qui impose une évaluation, une traçabilité et un contrôle strict des organismes modifiés génétiquement.

« Depuis juillet 2018, toutes les nouvelles variétés mutantes et mutées relèvent de la réglementation 2001/18 », résume Christophe Noisette, d’Inf’OGM. Une faille subsiste cependant, car la décision de justice exclut « les organismes génétiquement modifiés obtenus par des techniques qui ne sont pas considérées, de par leur caractère naturel [3], comme entraînant une modification génétique ou par celles qui ont fait l’objet d’une utilisation traditionnelle sans inconvénient avéré pour la santé publique ou l’environnement. » Une brèche dans laquelle se sont engouffrées les entreprises agrochimiques. « Les entreprises restent volontairement opaques, déplore Christophe Noisette. Elles ne précisent pas quelles techniques elles utilisent, et arguent ensuite qu’elles n’ont recours qu’à de vieilles méthodes de mutagenèse », prétendument sans danger.

Graines de tournesol.

Les gouvernements pourraient contrôler les dires des industriels en analysant le génome des semences vendues, par exemple, mais la volonté semble faire défaut. La France dit attendre la position du Conseil d’État à ce sujet. Et, au niveau européen, « il y a actuellement un lobbying effréné pour réviser la directive 2001/18, constate M. Noisette. Les industriels et certains pays poussent pour que la nouvelle Commission européenne assouplisse la législation OGM, au prétexte que celle-ci serait obsolète et dépassée par les nouvelles techniques, présentées comme bien moins dangereuses que la transgenèse. » Fer de lance de cette offensive promutagenèse les Pays-Bas ont transmis en mai aux ministres de l’Agriculture de l’Union européenne une proposition de « réflexion » sur l’encadrement législatif des nouveaux OGM. Réflexion qui pourrait, à terme, aboutir à la réécriture de la directive 2001/18. « La bataille contre les OGM est bel est bien devant nous », conclut Christophe Noisette. Dans l’Hérault, la première manche de l’« Affaire tournesol » devrait s’achever mi-juin… mais les semeurs espèrent reprendre la dissémination au printemps prochain.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.


[1C’est ce qu’on appelle la mutagenèse. Une des techniques consiste à sélectionner des plantes mutées directement au champ ou en exposant des cellules végétales à des agents sélectifs, comme un herbicide.

[2Ces agriculteurs multiplient les semences : à partir des semences mères d’une variété donnée, ils produisent une grande quantité de graines qui sont reprises par le semencier avec qui ils ont un contrat. Les graines seront alors triées, contrôlées et conditionnées afin d’être commercialisées.

[3Certaines mutations peuvent en effet survenir de manière naturelle


Lire aussi : Les OGM se cachent dans la mutagenèse, affirment les faucheurs volontaires

Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

Photos : © Lorène Lavocat/Reporterre sauf
. chapô : Pixabay (CC0)

Dans les mêmes dossiers       OGM



Sur les mêmes thèmes       Agriculture Luttes