Accueil > On en parle >

Kalune chante les slogans d’un peuple en lutte

16 mai 2020



En pleine pandémie de Covid-19, le groupe Kalune a sorti un morceau et un clip détonants, intitulés « Plein le dos ». Inspiré du travail artistique du collectif Plein le dos, qui expose les messages inscrits au dos des Gilets jaunes, il reprend des slogans scandés et tagués par le peuple en lutte.

Au sein du groupe Kalune, on se sentait un peu impuissants face à tout ce qu’il se passe en ce moment, et on souhaitait profiter du confinement pour essayer de faire quelque chose d’utile. L’idée était de faire entendre la parole d’un peuple confiné, à un moment où il lui était particulièrement difficile de la prendre. On voulait écrire une chanson qui puisse mettre du baume au cœur sans occulter les réalités auxquelles nous devons faire face, celles d’un capitalisme meurtrier et d’un autoritarisme croissant.

Et puisque tout a déjà été dit, que tout a déjà été scandé, affiché, tagué, que dire sinon répéter, inlassablement, le cri du peuple en lutte.

Le collectif Plein le dos l’avait bien compris, puisqu’ils ont mis en lumière, via leur magazine et leur site internet, les punchlines écrites sur les dos des gilets Jaunes. C’est leur travail qui nous a inspiré ce morceau.

Après avoir épluché leur site, nous avons naturellement étendu nos recherches aux différents mouvements sociaux et écologistes actuels.

On aura lu plus de 20.000 slogans, récupéré environ 3.500 photographies de pancartes, et fait appel à celles et ceux qui nous suivent pour en refaire quelques-unes. Tout ça pour 13 minutes de revendications, comme un tableau du climat social actuel.

Ce titre, dont nous avions eu l’idée en début d’année, n’aurait jamais pu voir le jour sans le confinement, tellement le travail de recherche fût long et fastidieux. Nous avons également contactés des photographes de terrain, comme Bsaz, pour dénicher toujours plus de slogans et d’images de pancartes.

On ne savait pas à quoi s’attendre en sortant ce titre, et on est vraiment touchés par la déferlante de retours et l’engouement général depuis la sortie du morceau. Tout ça démontre à quel points les gens se sentent « masqués mais pas muselés », et que le temps de obéissance aveugle n’est pas encore arrivée. »






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Quand HK chante avec Greenpeace pour la planète
Dans les mêmes dossiers       Gilets jaunes



Sur les mêmes thèmes       Culture et idées