Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Chasse

Il y a un an, Morgan Keane était tué par un chasseur

Il y a un an, le 2 décembre 2020, un jeune homme de 25 ans, Morgan Keane, était tué accidentellement par un chasseur, dans le Lot.

Au moment du drame, il se trouvait à cent mètres de sa maison, dans sa propriété, en train de couper du bois. Le chasseur auteur du coup de feu participait à une battue aux sangliers.

Sur les réseaux sociaux, associations antichasse et collectifs d’habitants lui ont rendu hommage en faisant circuler des photos de bougies.

Ce drame a créé une onde de choc, dans le Lot et ailleurs. Manifestations et pétitions se sont multipliées depuis un an. De nombreux habitants ruraux ont exprimé leur ras-le-bol et le sentiment d’être dépossédés de leur territoire.

Le collectif demande l’interdiction de la chasse les dimanche et mercredi

Des amies de Morgan Keane ont ainsi créé un groupe Un jour un chasseur, afin de libérer la parole autour des comportements abusifs de chasseurs. Sur Reporterre, elles rapportaient des témoignages reçus, « relatant les inquiétudes et la peur viscérale ressenties en période de chasse ». Le collectif demande l’interdiction de la chasse les dimanche et mercredi, une formation plus stricte des chasseurs, un contrôle accru sur l’utilisation des armes à feu. Leur pétition a reçu plus de 120 000 signatures.

Parmi les candidats déclarés à la présidentielle, seuls l’écologiste Yannick Jadot, l’insoumis Jean-Luc Mélenchon, Philippe Poutou (Nouveau parti anticapitaliste), et Hélène Thouy (Parti animaliste) ont pris clairement position en faveur d’une interdiction de la chasse le dimanche.

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale et quotidienne dans le traitement de l’actualité.

Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner