Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Mille Vaches et fermes-usines

Fermes-usines : Greenpeace et la Confédération paysanne n’ont pas la même définition

1 % des fermes françaises produisent plus de la moitié des porcs, poulets et œufs produits en France. C’est le constat dressé par Greenpeace France, qui a rendu public lundi 26 novembre une carte interactive des fermes-usines du pays.

L’ONG s’est basée sur les données du ministère de la Transition écologique et solidaire, et relève que 4.413 fermes-usines sont réparties dans 2.340 communes françaises, comprenant les Outre-mer. On retrouve des fermes-usines dans 90 % des départements français avec des régions plus ou moins impactées, la Bretagne étant la plus concernée. Par ailleurs, Greenpeace a calculé que 1.470 des 4.413 fermes usines identifiées ont touché 48 millions d’euros de la Politique agricole commune pour les derniers paiements.

« La manière dont nous élevons les animaux aujourd’hui est insensée et dévastatrice. On importe du soja du bout du monde, en déforestant des pans entiers de forêts brésiliennes, pour nourrir des animaux entassés dans des conditions déplorables, gavés d’antibiotiques, le tout sans permettre de rémunérer correctement nos éleveurs », a dénoncé Suzanne Dalle, chargée de campagne agriculture chez Greenpeace France.

L’ONG demande au ministre de l’Agriculture de « stopper tout nouveau projet de ferme-usine. Plus aucun argent public ne doit servir ces formes d’élevage et les moyens doivent être réattribués à la métamorphose du système agricole. »

La carte des fermes-usines est à consulter ici.

Un travail fortement critiqué par la Confédération paysanne, qui a déploré, mardi 27 novembre dans un communiqué, « la teneur du dossier publié par Greenpeace ».

Pour le syndicat, qui avait publié une carte similaire en 2015, « l’industrialisation des fermes ne peut se résumer au seul critère environnemental ICPE (Installations Classées pour la Protection de l’Environnement) » retenu par l’ONG. « Une ferme importante en nombre d’animaux est classée ICPE mais n’est pas pour autant une ferme-usine. A l’inverse, ce critère ignore les fermes-usines en végétal, comme des serres géantes de tomates », a précisé la Confédération paysanne, en parlant d’une « caricature regrettable » destinée à « faire le buzz ».

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale et quotidienne dans le traitement de l’actualité.

Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner