Accueil > Editorial > Entretien >

« Face au catastrophisme, c’est à partir du local qu’on aura du positif »

20 novembre 2019 / Entretien avec Catherine Larrère



Plutôt que dans la géo-ingénierie ou les théories de l’effondrement — « une jouissance de l’impuissance » — l’avenir est dans l’habitabilité du local, selon Catherine Larrère. La philosophe plaide pour l’« exploration du lieu où nous vivons pour lui redonner de l’importance ».

Catherine Larrère est professeure émérite de philosophie à l’Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne et étudie la question écologique du point de vue de la protection de la nature. Elle a notamment co-écrit — avec son mari Raphaël Larrère, ingénieur agronome et sociologue — Du bon usage de la nature. Pour une philosophie de l’environnement, aux éditions Flammarion (réed. 2009) et Penser et agir avec la nature, aux éditions La Découverte (2015).


Reporterre — Comment créer un nouvel imaginaire pour que les gens se préparent à l’anthropocène ?

Catherine Larrère — L’anthropocène, c’est la possibilité d’événements extrêmes et de ruptures brutales. Sa définition la plus rigoureuse prend en compte la capacité humaine à transformer le système Terre. Cette ère commencerait vers 1800 ou avec Hiroshima. Du point de vue des temps géologiques, c’est un temps extraordinairement court. Mais cela fournit une histoire, car il n’y a pas d’imaginaire sans narrativité. Je ne dis pas que c’est enthousiasmant, mais cela donne des références à partir desquelles on peut projeter des imaginaires.



Qui travaille sur ces nouveaux imaginaires ?

Certains artistes, comme par exemple Yang Yongliang qui reprend la tradition chinoise du paysage. Ses œuvres, qu’on pense être des aquarelles à première vue, sont en réalités des photos de ruines de la civilisation. C’est une conception de l’anthropocène pas très gaie.



L’anthropocène est-il forcément catastrophique ?

Pas toujours. Vous avez aussi la vision très technique de la géo-ingéniérie, qui assure qu’on peut manipuler le climat, en envoyant par exemple des particules de soufre dans l’atmosphère. Cela permettrait d’empêcher les rayons du soleil d’arriver et donc d’abaisser la température. Mais cette technique n’a pas que des effets positifs et si l’on commence, nous ne pourrons plus nous arrêter.



Que répondre à celles et ceux qui pensent que les nouvelles technologies vont nous sauver ?

Qu’il est curieux de rechercher dans la technique la réponse à un développement technique mal maîtrisé. Car nous souffrons des conséquences involontaires de notre développement industriel. La géo-ingéniérie, elle aussi, pourrait avoir des conséquences très nocives et involontaires. Peut-être faudrait-il mieux maîtriser nos techniques actuelles plutôt que d’en inventer de nouvelles qui nous exposeraient aux mêmes types de problèmes.



Quelle serait une troisième voie entre l’effondrement angoissant et l’utopie technophile ?

À l’opposé du global — celui de la catastrophe comme celui de la géo-ingénierie — il y a place pour une multiplicité d’imaginaires du local. C’est ce que présente Bruno Latour dans son dernier livre Où atterrir ? (La Découverte, 2017). Il incite à explorer le lieu où nous vivons pour lui redonner de l’importance. C’est la différence avec l’imaginaire catastrophique ou géo-ingéniérique qui se place à un niveau global. Dans un texte récent, Philippe Descola parle également de l’habitabilité de la Terre. Dans les recherches d’éco-psychologie, on voit à quel point la relation que nous avons avec notre environnement est importante pour notre état mental, notre bonne humeur. Je pense que c’est à partir de là qu’on aura du positif. Et non en se situant seulement au niveau global, celui du catastrophisme.



Pensez-vous que l’écologie politique soit assez forte en France et en Europe ?

Contrairement aux États-Unis par exemple, où il n’y a pas de parti Vert, nous avons en Europe des forces politiques écologiques. Mais si elles capitalisent les votes des gens qui s’inquiètent de ces questions, elles n’en font pas grand-chose. Entre les partis politiques qui s’affichent comme écologiques sans réelles réalisations et les gestes individuels gentils mais dérisoires, il y a l’importance du travail associatif.



Pourquoi les termes utilisés pour parler du changement climatique sont-ils aussi polarisés ?

Ce n’est pas forcément le cas. On peut prendre au sérieux le changement climatique et ne pas être collapsologue. D’ailleurs personnellement, je ne le suis pas. Je crois qu’il s’agit d’une vision globale qui pousse au repli sur soi-même en attendant la catastrophe. Alors que lorsqu’on lit Rob Hopkins et son livre sur les villes en transition, on se rend compte que ceux qui s’y engagent ne sont pas catastrophistes mais se mobilisent pour vivre mieux.



Comment expliquez-vous le succès des théories de l’effondrement ?

Je pense qu’il y a une certaine jouissance de l’impuissance. À se dire que nous allons vers la catastrophe, mais que nous en sommes conscients, ce qui nous rend supérieurs à ceux qui ne le savent pas. Pour moi, l’anti-Pablo Servigne, l’auteur de Comment tout peut s’effondrer (Seuil, 2015), c’est Joan Martinez-Alier, un économiste de l’université autonome de Barcelone. Il est connu pour son livre L’Écologisme des pauvres (Les Petits matins, 2014). Il est l’un des premiers a avoir montré qu’il existait des mobilisations populaires autour des questions de survie. Il a un programme pour cartographier les endroits où se déroulent des luttes environnementales dans le monde, de l’Amérique du sud à la Chine. Ce sont des luttes sociales différentes de celles des ouvriers du XIXe siècle car elles ne sont plus uniquement à propos du travail, mais de l’habitabilité. Elles visent à préserver et défendre le monde vécu. Il ne s’agit pas de dire en l’air qu’il faudrait réactiver les solidarités : elles sont déjà là et revêtent des formes différentes suivant les lieux où elles se développent.



Qu’est-ce qui vous donne de l’espoir aujourd’hui ?

La jeunesse qui se mobilise pour des intérêts à long terme. Pas seulement pour avoir le bac ou un emploi !


À l’occasion du colloque Dérèglement climatique - défi mondial, approches globales organisé par l’École normale supérieure (ENS) le 8 et 9 juillet 2019 à Paris, Reporterre a édité un magazine du même nom. Cet article en est issu et fait partie d’une série d’entretiens autour du climat réalisées en partenariat avec l’ENS.
Les autres entretiens :

  • Luc Semal : « Civilisée ou barbare ? De quelle façon allons-nous sortir de la civilisation thermo-industrielle ? »
  • Valérie Masson-Delmotte : « Nous, les scientifiques, avons été trop prudents »
  • Coralie Chevalier : « La culpabilité peut être un moteur pour changer de comportement »






Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Climat : « La culpabilité peut être un moteur pour changer de comportement »

Source : Laury-Anne Cholez pour Reporterre

Photo :
. chapô : Stanley Leroux Cordillera de la sal, Atacama (Chili)
. Portait : DR

Sur les mêmes thèmes       Climat Culture et idées