Journal indépendant, en accès libre, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Politique

Éric Piolle placé en garde à vue pour soupçons de « favoritisme »

Le maire écologiste de Grenoble, Éric Piolle, a été placé en garde à vue ce mardi 1ᵉʳ juin. Il est soupçonné de « favoritisme » : il aurait privilégié une association pour organiser deux éditions d’un événement culturel en 2015 et 2016, en ne lançant pas d’appels d’offres pour ces marchés publics.

Éric Piolle, le maire écologiste de Grenoble (Isère), a été placé en garde à vue ce mardi 1ᵉʳ juin, d’après une information du Dauphiné Libéré confirmée par Reporterre. En début d’après-midi, il s’y trouvait toujours. Au sein des locaux de l’antenne de la police judiciaire de Valence (Drôme), il répondait à une convocation de la brigade financière de la police judiciaire de Grenoble, dans le cadre d’une enquête préliminaire pour « favoritisme ».

En 2015 et 2016, la municipalité de Grenoble avait attribué l’organisation de la fête des Tuiles — une importante célébration dans la capitale des Alpes — au collectif artistique Fusées. En 2017, la chambre régionale des comptes a signalé au parquet de Grenoble que la Ville n’avait pas lancé d’appel d’offres, et n’avait pas mis en concurrence d’autres structures pour organiser cet événement.

251 000 euros de subventions en deux ans

L’enquête, délocalisée au parquet de Valence, a été ouverte en 2018. La municipalité estimait de son côté que ce type de prestation artistique et culturelle ne nécessitait pas de mise en concurrence. Elle avait attribué 123 000 euros en 2015, puis 128 000 euros en 2016 au collectif Fusées.

« Éric Piolle [est] entendu en ce moment pour une procédure initiée en 2018, a commenté sur Twitter Julien Bayou, secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts, parti auquel l’édile grenoblois appartient. L’occasion de défendre la position de la ville et expliquer pourquoi cette décision est parfaitement légale. Contrairement à d’autres, nos élu-es ne fuient ni ne dénigrent la justice. »

Éric Piolle, même s’il refuse de le confirmer officiellement avant la fin des élections régionales — les 20 et 27 juin prochains —, a des ambitions présidentielles. Il devrait être candidat à la primaire d’Europe Écologie-Les Verts au mois de septembre.

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale dans le traitement de l’actualité.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que s’informer est un droit essentiel, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Ce droit ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire