NnoMan Cadoret"/>
Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Reportage — Loi Climat

Enchaînées devant l’Assemblée nationale pour protester contre la loi Climat

Mardi 4 mai, jour du vote solennel d’adoption en première lecture du projet de loi Climat, des activistes d’Extinction Rebellion et leurs soutiens ont manifesté devant l’Assemblée nationale pour dire combien ce texte n’est pas à la hauteur des enjeux.

Paris, reportage

Mardi 4 mai, les députés ont adopté en première lecture le projet de loi « portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets », dite loi Climat. À cette occasion, une cinquantaine d’activistes d’Extinction Rebellion ont manifesté devant l’Assemblée nationale. Douze militantes se sont attachées aux grilles du Palais Bourbon afin de protester contre la faiblesse du texte, très éloigné des propositions de la Convention citoyenne pour le climat.

Elles se sont attachées par le cou aux grilles de l’Assemblée. Avant l’action, des ministres et des députés jugés trop passifs face à la loi Climat avaient reçu les clés des cadenas, pour « libérer » symboliquement les activistes. Mais ils ne sont pas venus.

Face à elles, au sol, des activistes et des élus ont également participé au rassemblement, certains en portant des banderoles. Des militants assis ont ensuite allumé des fumigènes, noyant l’air devant le porche de l’Assemblée d’un nuage orange.

La police a soulevé les activistes pour les emmener dans un fourgon. Deux heures plus tard, un seul d’entre eux sera finalement placé en garde à vue. Les militantes enchaînées aux grilles sont descendues d’elles-mêmes, à l’issue du vote. Durant tout le rassemblement, les prises de parole se sont multipliées.

Des activistes se sont attachées par le cou aux grilles de l’Assemblée nationale du côté de la place du Palais Bourbon.

Cyril Dion, écrivain et réalisateur : « Nous sommes présents aujourd’hui pour soutenir l’action d’Extinction Rebellion. On ne sait plus trop quoi faire pour dire au gouvernement que la situation est extrêmement grave. Les températures vont augmenter de 1,5 °C entre 2030 et 2035 ; les 2 °C vont être atteints entre 2040 et 2045. C’est déjà acquis et à partir du moment où on les dépassera… On ne sait plus ce qui se passera. Il est fort possible que cette planète devienne partiellement inhabitable. »

Cyril Dion, écrivain, réalisateur, poète et militant écologiste.

Jean-François Périgné, membre de la Confédération paysanne : « Cette loi ne répond pas aux enjeux qui sont posés. Nous, les agriculteurs, nous sommes les premières victimes du dérèglement climatique, parce que nous vivons au quotidien avec la nature. Il y a quelques mois, la France était sous l’eau, aujourd’hui on court à la sécheresse. Dans cette loi, il n’y a rien sur la question de l’eau, c’est complètement catastrophique. Il n’y a rien sur le changement de modèle agricole, rien sur l’accaparement du foncier, rien sur la production d’énergie, ni sur les terres destinées à l’alimentation.

Cette loi est inutile. Chaque fois que Macron a organisé des consultations grand public, ce dernier a répondu qu’il était urgent de changer de modèle… Eh bien ! Que vont faire les élus à l’intérieur de cet hémicycle aujourd’hui ? »

Camille Étienne, activiste pour la justice sociale et climatique : « On a passé trois semaines sur cette place [devant l’Assemblée nationale] pour que les politiques prennent conscience que nous sommes les gens qu’ils sont censés représenter. Leur politique affecte nos vies directement. On ne se bat pas que pour les ours polaires, on se bat pour ce qui se passe ici et maintenant. On vit un moment de bascule. Concrètement, la planète a des limites. On en a déjà dépassé quatre sur les neuf [1] et on ne pourra pas faire autrement.

Imaginez qu’on est en haut d’un toboggan, comme un enfant, et à un moment donné, il y a un point après lequel on ne peut plus s’arrêter ; et on glisse inexorablement vers le sol… eh bien ! on est là, juste à ce point-là. C’est pour ça qu’il a des gens qui décident de s’enchaîner à l’Assemblée nationale, c’est pour ça que des gens décident de prendre des risques. On a peur, on a peur avec justesse. On a besoin de vous [les politiques] pour ne plus avoir peur, et pouvoir, tous ensemble, agir démocratiquement. »

Camille Étienne, une activiste pour la justice sociale et climatique.

William Aucant, membre des 150 conventionnels pour le climat : « Ce que je veux dire à la loi Climat : on en attendait beaucoup d’elle, je parle au passé, mais j’en attends encore un peu. [Loi Climat], il faut que tu te ressaisisses, il faut que tu ailles plus loin. Tu vas passer par les sénateurs, et j’ai bon espoir que tu puisses gagner en ambition. Malheureusement, l’ambition est trop faible, donc, loi Climat, je te regarde, j’espère que tu trouveras vraiment ta voie. »

William Aucant est membre des 150 conventionnels pour le climat.

Notre reportage en images :

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale et quotidienne dans le traitement de l’actualité.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que l’information est un bien public, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Son accès ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 97% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire